fbpx

Un nouveau départ pour le Centre femmes de Portneuf

Un nouveau départ pour le Centre femmes de Portneuf

C’est à la Place Saint-Louis à Pont-Rouge qu’avait lieu l’inauguration des nouveaux locaux du Centre femmes de Portneuf le 20 juin dernier.

Dominique Podvin coordonne depuis quatre ans l’organisme qui travaille pour la cause féministe : « J’ai toujours été intéressée par la cause des femmes et je me suis rendu compte que j’étais féministe. »

Mais qu’est-ce que le féminisme en 2019?

Selon la coordonnatrice du Centre, « c’est vouloir que les femmes retrouvent leur propre rôle, qu’elles retrouvent leur propre pouvoir. Il y a encore beaucoup d’aspects à travailler comme l’inégalité salariale. On pense parfois que l’égalité est atteinte, mais ce n’est pas vrai, encore moins dans le comté de Portneuf. Il y a encore beaucoup de pauvreté chez les femmes. Pour moi être féministe, c’est vraiment lutter pour améliorer la cause des femmes, améliorer la vie des femmes. »

L’employabilité est un autre volet à revoir pour notre région: « Il y a beaucoup plus de travail masculin que féminin dans le comté et ceci est dû aux usines qui emploient davantage d’hommes que de femmes. Il faut aider les femmes à revoir leurs pensées par rapport à leur rôle; qu’elles peuvent tout aussi bien faire du travail dit « masculin » », explique Mme Podvin.

Le Centre Femmes de Portneuf a été créé à la demande de la communauté suite à une enquête qui a eu lieu sur trois ans. Le résultat de ces recherches est qu’il existe encore des inégalités au niveau de la cause féministe et qu’il n’y avait pas d’organisme jusqu’ici pour pallier le vide de services, d’où l’ouverture du Centre.

Situés dans les bureaux de l’organisme L’Arc-en-ciel à Donnacona, puis relocalisés dans des locaux communautaires à Sainte-Christine-d’Auvergne, c’est à la Place Saint-Louis qu’une intervenante ainsi que l’équipe du Centre pourront accueillir toutes les femmes de la région portneuvoise.

« Nous sommes vraiment contentes d’être maintenant dans nos propres locaux ici à Pont-Rouge. Ce qui a fait que nous pouvons avoir maintenant notre propre espace de travail, c’est la subvention que nous avons reçue en fin d’année dernière, par notre reconnaissance au niveau du CIUSSS, soit l’obtention du Programme de Soutien aux Organismes Communautaires (PSOC) »

Il aura fallu cinq ans de travail acharné non rémunéré à Mme Podvin et son équipe pour remplir les demandes de subvention. Leurs efforts furent doublement récompensés puisse qu’elles repartirent fièrement avec un Don’à cœur (trophée) lors de la dernière Soirée des bénévoles de Donnacona.

Pour rejoindre l’organisme qui compte maintenant plus de 240 membres, il suffit d’être une femme résidente de la région portneuvoise et de remplir un formulaire d’adhésion, la cotisation étant gratuite.

« Les femmes que l’on touche sont sensibilisées. Au fil des années, le Centre Femmes gagne en autorité, ce qui accroît l’aide que nous pouvons offrir », précise Mme Podvin.

« Une partie du travail consiste à offrir des activités, mais une autre à contribuer à des luttes sociales. Nous faisons partie de plusieurs regroupements communautaires. Nous participons à leurs assemblées ainsi qu’à leurs luttes pour leurs causes, ce qui fait qu’il peut y avoir des hommes qui participent occasionnellement à certaines activités à l’extérieur de notre territoire d’action. Nous faisons aussi partie de la Table sur la violence conjugale ainsi que de la Table pour les aînés. Nous y participons pour voir comment nous on peut s’y insérer avec l’optique de bonifier l’aide déjà offerte. »

Passionnée, la coordonnatrice ajoute : « C’est l’fun, car y’a plein de choses que nous pouvons faire pour les femmes, sans toutefois dédoubler les actions; nous sommes complémentaires. »

L’un des volets majeurs pour le Centre Femmes de Portneuf est l’offre variée de leurs activités : des ateliers ciblés pour les personnes victimes de violence conjugale, des activités pour les aînées afin de les aider à socialiser, des activités participatives comme le tricot-graffiti, un club de lecture qui propose des ouvrages féministes, du yoga pour les aînées, du journal créatif dans le cadre de la violence conjugale, et bien plus encore.

Programmation

Tous les jeudis du 19 septembre au 21 novembre ce sont les tricoteuses qui seront ravies grâce à l’atelier de tricot offert au Minimum Café à Donnacona.

Les aînées pourront créer un album de souvenirs sous la supervision de Marie-Claude Girard (alias Mme Crayon) du 13 septembre au 15 novembre à Saint-Basile.

La mise en forme des aînées est aussi au cœur des préoccupations du Centre c’est pourquoi Mme Céline Masse offrira du yoga sur chaise les mardis.

Le Journal créatif, outil de pédagogie, de thérapie et de jeu, sera animé par Mme Podvin les mardis du 17 septembre au 19 novembre.

Des ateliers en violence conjugale seront aussi offerts à partir du 5 août.

Un projet de théâtre féministe sera dirigé par Mme Marilyne Tanguay les lundis, du 9 septembre au 9 décembre dont la représentation aura lieu le 13 décembre.

Katia Desgranges, l’une des organisatrices avec Mme Podvin, précise qu’une des forces du Centre est leur capacité à créer des ateliers sur mesure selon la demande.

Cette animatrice de la conférence Charge mentale invite les femmes à joindre l’organisme : « Je n’avais pas envie d’aller brailler sur mes problèmes et sur ma vie. Je suis allée à l’AGA et là j’ai compris le rôle du Centre Femmes Portneuf, et j’ai eu le goût d’y contribuer. »

Mme Podvin termine avec un appel à toutes :

« Nous aimerions dire haut et fort que, maintenant, toutes les femmes sont les bienvenues à nos bureaux. Nous aurons une intervenante sur place et du personnel, il y aura quelqu’un pour vous accueillir. Bienvenue à toutes les femmes ! »

#Suivez-nous sur Instagram