fbpx

Séjour en Côte d’Ivoire : Un aboutissement inattendu pour Shihan Alain Lavoie

Séjour en Côte d’Ivoire : Un aboutissement inattendu pour Shihan Alain Lavoie

Du 8 au 23 février, Shihan Alain Lavoie, qui est à la fois instructeur en chef au dojo de Saint-Raymond et président de la Fédération Yoseikan Karaté-Do, a vécu une expérience hors du commun sur le continent africain.

Alors qu’il était en Côte d’Ivoire, M. Lavoie a réalisé un projet auquel il n’avait « jamais pensé » au cours de sa longue carrière en arts martiaux. Là-bas, a-t-on appris, c’est en faisant passer des examens à des hauts gradés qui pratiquent le Yoseikan qu’il a su remplir la mission première de son voyage à l’étranger.

Pour la petite histoire, sachez que c’est au cours des années 1970 que des Ivoiriens ont découvert le karaté dans notre coin de pays. Précisément, nous a fait savoir Shihan Alain Lavoie, c’est en 1977 qu’ils ont introduit ce sport dans leur pays d’origine.

Shihan Alain Lavoie a eu l’honneur de rencontrer Souleymane Sanogo, soit le plus vieux karatéka de Côte d’Ivoire. Avec son neuvième dan, ce dernier est évidemment fort respecté.

En 1984, on retiendra que Jean-Guy Voyer, qui était alors à la tête du dojo de Saint-Raymond, s’est rendu en Côte d’Ivoire avec d’autres Québécois pour prendre part à une compétition amicale. Si les liens alors tissés ont été un brin resserrés en 1996, année au cours de laquelle Hanshi Marc Asselin y est allé à son tour pour donner des cours, il aura ensuite fallu attendre vingt-trois ans pour qu’un autre représentant de la Fédération Yoseikan Karaté-Do (FYKD) répète cette expérience.

Comme vous le savez maintenant, cet autre représentant de la FYKD est nul autre qu’Alain Lavoie. Avec l’avènement des réseaux sociaux, nous a-t-il raconté, cela faisait quelques années que les porteurs ivoiriens du karaté le contactaient régulièrement en espérant qu’il puisse aller à leur rencontre. Heureusement pour tous, c’est maintenant chose faite.

En plus d’avoir profité de son séjour outre-Atlantique pour faire passer soixante et un examens à des ceintures noires, M. Lavoie est arrivé, en seulement deux semaines, à offrir un stage international à plus de cent vingt karatékas. De plus, il a assisté à une compétition nationale, a donné plusieurs séminaires de mise à niveau technique pour des hauts gradés et a visité trois des écoles dix-neuf écoles de karaté qu’on retrouve en Côte d’Ivoire.

Si Shihan Alain Lavoie a surtout rencontré des ceintures noires lors de son voyage, il a aussi eu la chance de visiter des écoles où de jeunes enfants pratiquent le karaté.

Si cet aboutissement inattendu n’a pas été des plus reposants pour le président de la FYKD, il n’en demeure pas moins que ce dernier en garde un bon souvenir. Il faut dire que l’expérience enrichissante qu’il vient de vivre a renforcé la passion déjà vive qu’il a pour les arts martiaux. C’est sans compter qu’il a eu droit à un accueil des plus chaleureux de la part des Africains qu’il a outillés pour que le karaté continue d’évoluer en terre ivoirienne.

Enfin, il faut retenir que Shihan Alain Lavoie entend profiter de l’avenir pour échanger avec ses homologues de la Fédération ivoirienne de Karaté-Do et disciplines associées grâce à Internet. Qui sait, peut-être aura-t-il à nouveau la chance d’aller les visiter d’ici quelques années!

Photo à la une : En compagnie de deux maîtres de la commission fédérale (à gauche), Shihan Alain Lavoie (à droite) a remis un certificat de cinquième dan au plus haut gradé en Yoseikan de la Côte d’Ivoire. Il s’agit de Kouassi Konan David.

#Suivez-nous sur Instagram