fbpx

Déplacement de l’horloge dans l’église de Saint-Raymond : le curé s’explique

Déplacement de l’horloge dans l’église de Saint-Raymond : le curé s’explique

Le récent déplacement de la grande horloge dans l’église de Saint-Raymond suscite le mécontentement d’une partie des fidèles de la paroisse, qui y voient une atteinte au patrimoine de l’édifice religieux. Dans une lettre que nous publions ici sur InfoPortneuf, l’abbé Benoît Tessier en explique les raisons.

Quelle heure est-il? C’est l’heure d’évangéliser!

Depuis quelques années, notre archevêque nous pose cette question lors des rencontres et rassemblements divers où il est question de l’importance et l’urgence du tournant missionnaire que doivent prendre nos communautés paroissiales. Lorsqu’il dit à une assemblée : Quelle heure est-il? Certains lui donnent l’heure, voyant bien qu’il regarde son poignet, feignant ne pas bien lire l’heure sur sa montre. C’est alors qu’il nous dit : C’est l’heure d’évangéliser!

Depuis que la grande horloge de l’église de Saint-Raymond a été déplacée, quelques personnes se demandent bien ce que cela signifie. Certaines autres sont très bouleversées par ce déplacement et y voient une atteinte grave au patrimoine de l’église, allant même jusqu’à comparer son déplacement sur un autre mur aux grandes modifications que l’église a connues au tournant des années soixante : enlèvement de la balustrade, de la chaire, de l’ancien maître-autel, des vitraux, etc. À vrai dire, le déplacement de cette horloge ne brise en rien l’architecture de l’église, non plus qu’il ne porte atteinte à l’intégrité de son patrimoine. À l’inverse, plusieurs personnes m’ont exprimé que l’emplacement actuel de l’horloge est en fait une amélioration et que celle-ci semble enfin avoir trouvé l’emplacement qu’elle aurait toujours dû avoir.

J’invite les personnes qui se questionnent sur ce déplacement d’horloge à considérer les raisons pour lesquelles cette décision a été prise et pour laquelle les personnes mandatées par l’archevêque pour exercer le ministère à Saint-Raymond sont solidaires.

La première raison est basée sur une observation : il y a dans l’église de Saint-Raymond une très grande et belle horloge, placée en permanence au regard des fidèles et qui marque le temps. Cela est bien curieux, même si on voit cela dans bons nombres d’églises. On pourrait aussi dire que cela est bizarre car non seulement une horloge ainsi placée n’a pas d’utilité liturgique et pastorale, mais elle contrarie de ce que nous cherchons à mettre en œuvre dans nos célébrations : disposer à rencontrer le Christ, écouter sa Parole, recevoir et partager sa vie. Une horloge face à une assemblée risque de la distraire de ce pour quoi nous nous rassemblons à l’église. Tant de choses dans nos vies et dans la société nous détournent du Christ et de sa Parole. Ne pouvons-nous pas donner à nos assemblées un environnement qui ne les porte pas à penser au temps qui passe?

En tant que présidents d’assemblées, les prêtres et les diacres se soucient de conduire les personnes dans la prière afin qu’elles puissent se tourner vers le Seigneur. Nous avons la responsabilité, avec toutes les personnes qui sont au service des assemblées liturgiques, de tout faire pour que la rencontre du Christ soit possible : que ce soit par le ton employé, les mots choisis, les silences proposés, le commentaire des Écritures,  les chants et la musique, les vêtements portés, les déplacements des intervenants liturgiques, les gestes posés, les visuels, etc. Non seulement nous devons chercher à favoriser la rencontre du Seigneur, mais également à écarter ce qui pourrait distraire de ce but.

Il faut considérer le déplacement de l’horloge comme un acte d’évangélisation, si petit insignifiant qu’il puisse paraître pour certaines personnes. Mais n’avons-nous pas ici à vivre une certaine conversion dans ce que nous croyons être notre patrimoine et notre patrimoine religieux? Notre véritable patrimoine n’est-il pas d’abord notre foi et non des objets qui meublent notre église, si beaux et nostalgiques soient-ils?

Dans toute cette polémique qui prend actuellement des proportions inquiétantes pour l’unité de notre communauté en regard au geste posé, rappelons-nous souvent cette phrase de notre archevêque : C’est l’heure d’évangéliser! Oui, ce sera toujours l’heure d’évangéliser et de se laisser évangéliser par le Christ, la liturgie et la beauté des lieux de nos célébrations de foi.

Prions Notre-Dame-de-la-Paix pour que nous retrouvions l’unité et la fraternité dans nos assemblées et notre communauté.

Abbé Benoît Tessier, modérateur de la charge pastorale.
Paroisses Saint-Raymond-du-Nord et Bienheureuse-Mère-Saint-Louis.

L’horloge qui a été déplacée.

#Suivez-nous sur Instagram