Johanne Normand et sa Dame blanche à la chute Montmorency

Les 16 et 17 juin, le Parc de la Chute-Montmorency vibrera au rythme de son tout premier Festival d’Art au jardin. Entre autres artistes qui promettent de faire le succès de ce rendez-vous destiné aux familles et aux horticulteurs amateurs, il y a la talentueuse Sergentoise Johanne Normand.

Dans le cadre de ce festival auquel elle a été conviée par les organisateurs, Mme Normand, qui est une créatrice multidisciplinaire, proposera une sculpture représentant la Dame blanche. D’autres artistes relèveront alors le même défi et on pourra apprécier leurs œuvres tout au long de l’été près de la chute Montmorency.

Ceux qui y sont déjà allés savent qui est la Dame blanche. Pour les autres, précisons que la légende veut qu’elle soit une jeune femme dont le futur époux est mort à la guerre, en 1759. N’ayant pu supporter la douleur de cette perte, elle aurait sauté du haut de la chute vêtue de sa robe de mariée. On pourrait encore voir son blanc fantôme errer près de là…

En plus d’être toute désignée pour le Festival d’Art au jardin, la Dame blanche de Johanne Normand, nous a-t-elle confié, s’inscrit parfaitement dans son projet Le féminin sacré. Ce dernier « porte sur le thème des quatre éléments matérialisés sous forme de sculptures féminines créées à partir de matériaux récupérés ».

femme_eau_mai2018_1

Cette sculpture du projet Le féminin sacré représente évidemment l’eau.

Vous aurez sans doute deviné que la Dame blanche, qui prend actuellement forme dans l’atelier de Johanne Normand, rappellera l’air. C’est « l’élément qui représente l’éther et la vie éternelle qui existe au-delà de notre vie humaine », estime-t-elle.

« Ses vêtement [faits de plastique recyclé] seront à la fois le souvenir de l’union à cet homme disparu et la représentation de l’eau de laquelle elle émerge et se transforme », soutient la créatrice. Quant à la base sur laquelle reposera sa Dame blanche, elle « sera constituée de blocs de polystyrène récupérés fixés par des tiges d’acier sur des plates-formes de fer. Ils représenteront le sol qui s’apparentera à la matière rocheuse de la chute Montmorency ».

dame_blanche_mai2018_2

La Dame blanche prend forme dans l’atelier de Johanne Normand.

Avec Le féminin sacré comme avec l’ensemble de son œuvre, Johanne Normand souhaite « sensibiliser le public à notre lien avec la vie, la terre et la magnificence de la création ». Plus précisément, elle veut profiter de ce projet de créations sculpturales pour rendre un « hymne-hommage à la beauté grandiose de la Terre-Mère ». Elle veut aussi donner espoir à tous et honorer « le féminin qui donne naissance et nourrit, lui redonnant sa place et sa dignité ».

Pour voir l’artiste compléter sa sculpture en direct, il suffira de participer au Festival d’Art au jardin. Pour l’occasion, de multiples activités spéciales animeront le Parc de la Chute-Montmorency. Rendez-vous le site Web de la Sépaq pour plus de détails.

Les plus curieux aimeront lire notre article De Lac-Sergent à L’Anse-Saint-Jean pour Johanne Normand. Vous aurez aussi plus d’information sur le travail de Johanne Normand en visitant son site Web et sa page Facebook.

Photo principale : La robe de mariée de la Dame blanche est faite de plastique recyclé. Les cheveux et les ailes doivent toujours être ajoutés.