Christian Hébert est officiellement candidat du PQ dans Portneuf

Comme Christian Hébert est la seule personne à avoir soumis sa candidature pour le Parti Québécois dans Portneuf, l’assemblée d’investiture d’hier soir n’était qu’une formalité. Tel que prévu, elle a permis d’officialiser le « choix » des membres en vue des élections d’octobre prochain.

Au terme d’une série d’allocutions qui devaient mettre en valeur l’homme d’affaires, l’agriculteur impliqué et le défenseur de la langue française qu’il est, Christian Hébert s’est montré souriant devant ses pairs. Bien qu’il n’ait pas d’expérience en tant que candidat à des élections générales provinciales, a-t-il tenu à leur dire, « j’ai toute une expérience comme élu et représentant des gens ».

À titre d’élu, a renchéri M. Hébert, il n’a jamais fait de promesse. Il a dit ne pas vouloir commencer à en faire en tant que candidat du PQ, mais s’est tout de même engagé « comme représentant auprès de la population de Portneuf. Cet engagement-là, a ajouté le propriétaire du Domaine Hébert, il est écrit ici en cinquante pages ».

chistian_hebert_mai2018

Christian Hébert est officiellement candidat du PQ dans Portneuf.

Plateforme électorale du PQ à la main, celui qui admet que son parti a une pente abrupte à remonter dans Portneuf a résumé ce document en trois mots, soit vivre, travailler et décider.

« Vivre, juste bien vivre. Avoir un milieu sein et entrevoir l’avenir pour la prochaine génération. Travailler. On est tous des travailleurs dans Portneuf. Les gens à la retraite n’ont jamais autant travaillé. Au champ ou à l’usine, les gens en bûchent un coup […] alors tant qu’à travailler, ayons les moyens efficaces de le faire. Et finalement, décider. Ça veut dire avoir les pleines capacités face à nos choix. Appelez ça l’indépendance, la souveraineté ou un concept qui est tout simplement appelé l’autodétermination des peuples. C’est ça, la nouvelle Révolution tranquille », a déclaré le candidat.

À ceux qui lui demandent « comment on est capable d’appliquer [la nouvelle Révolution tranquille] demain », Christian Hébert veut offrir des idées concrètes. En matière d’électrification des transports, a-t-il donné comme exemple, il serait possible de « relier les 700 fermes du coin avec du courant 600 volts, en plus du 240 volts du résidentiel ». Du coup, il a dit croire que « les producteurs vont changer leurs équipements pour des équipements plus performants et moins énergivores » et qu’« ils vont aussi installer des bornes de recharge ».

Alors que sa campagne prenait son envol, le candidat péquiste a annoncé qu’il se retirait, à l’exception de celui de la Société nationale des Québécois et Québécoises de la Capitale, des nombreux conseils d’administration dont il est membre.

Un parcours atypique

De son propre aveu, Christian Hébert est « un mystère » dans sa famille. À cinq ans, il rêvait déjà de devenir agriculteur et voulait suivre les traces de Louis Hébert. Ses études secondaires terminées, sa passion pour les bateaux l’a mené au Collège militaire et il a ensuite « bourlingué » pendant douze ans et exercé différents métiers pour la Défense nationale.

Ajoutons qu’il a étudié en histoire à l’Université Laval, qu’il a milité et remporté un important combat pour le respect du français au sein de la Défense nationale et qu’il est propriétaire-récoltant du Domaine Hébert de Deschambault depuis sa création, en 2010.

André Villeneuve attaque les opposants du PQ

Si Christian Hébert n’a pas voulu s’en prendre à la Coalition Avenir Québec et au Parti libéral lors de la soirée d’investiture du PQ dans Portneuf, André Villeneuve, qui est député de Berthier et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’agriculture et d’alimentation, SAQ et responsable de la Mauricie, n’a pas hésité à le faire.

À titre d’orateur invité, il a profité de son passage à Saint-Casimir pour affirmer que la CAQ « se permet des détours envers la démocratie » et pour qualifier d’« odieux » le « butin de guerre » qu’a ramassé le PLQ en vue des élections générales.

Photo principale : Christian Hébert s’adressant aux membres du PQ lors de l’assemblée d’investiture.