Troupe de danse Arc-en-Ciel : un spectacle mémorable

La troupe de danse Arc-en-Ciel de Saint-Raymond a de nouveau mis la barre très haut cette année, avec un 32e spectacle pour le moins époustouflant. Du vendredi 27 au dimanche 29 avril, de nombreux spectateurs ont pu assister à plusieurs représentations remplies de vivacité, de souplesse, mais surtout d’émotion.

Le vendredi soir, au Centre multifonctionnel Rolland-Dion, le spectacle de la troupe Arc-en-Ciel sénior (à partir de la première année de secondaire) va bientôt commencer.

Plus de 400 personnes sont présentes dans la grande salle. Il ne reste plus un seul siège de libre. On retrouve des parents, des conjoints ou des amis, tous venus voir le fruit d’une année d’efforts fournis par les élèves et leurs professeures.

Les lumières baissent et la voix d’un commandant de bord se fait entendre : « Mesdames et Messieurs, en cas d’émotions excessives, veuillez utiliser un mouchoir ou un coin de votre manche. »

Le spectacle, sous le thème « Autour du monde », entraîne le public dans un superbe voyage.

troupe_arc-en-ciel2018_1

Embarquement immédiat pour un spectacle de danse inoubliable.

On passe des rues taguées de New York, avec du hip-hop, aux étendues glacées du Grand Nord sous une musique épique. Des arrêts sont faits à Londres, Paris ou encore Milan.

Les élèves de la troupe Arc-en-Ciel impressionnent par leur dynamisme, leur grâce et, cela se voit bien, leur amour de la danse.



Une organisation impressionnante

La troupe Arc-en-Ciel sénior s’est produite à deux reprises, tout comme la troupe Arc-en-Ciel junior (de la première à la sixième année du primaire) qui avait choisi comme thème « Le cercle chromatique ». Chaque numéro avait un lien avec une couleur. La troupe Arc-en-Ciel Bout’choux (3 à 5 ans) a pour sa part présenté son spectacle le dimanche matin.

En tout, ce sont 265 danseuses et danseurs répartis dans 34 groupes qui sont montés sur scène.

Derrière le spectacle se trouve une organisation impressionnante. « On prépare tout ça depuis le mois de septembre, affirme Anne Genois, présidente du comité organisateur. Éclairage, scène, sonorisation, resto-bar, marketing, tirage, vente de billets, la tâche est énorme.

Aussi, chaque année, de 150 à 200 nouveaux costumes sont confectionnés.

S’il est certain que la préparation demande beaucoup de temps et d’efforts, cela en vaut la peine. Les spectateurs ont pu profiter d’une performance de haut calibre, avec à la clé de très beaux souvenirs.

Trois groupes en compétition

Si le spectacle marque la fin de l’année et des cours, ce n’est pas encore tout à fait terminé pour une trentaine de danseuses.

En effet, les groupes Danse Plus 1, 2 et 3 prendront bientôt part à des compétitions à Lévis et à Chicoutimi.