Pénurie de main-d’oeuvre : Joël Godin initie une solution coopérative

La situation de plein emploi que l’on vit, et qui entraîne une pénurie de main-d’oeuvre, notamment dans les entreprises manufacturières, est un problème bien réel. Un problème auquel le député fédéral Joël Godin a décidé de s’attaquer.

« J’ai rencontré plusieurs entrepreneurs qui me mentionnaient de façon récurrente le fait qu’ils manquent de main-d’oeuvre, c’est urgent et c’est dramatique », s’est exclamé le député de Portneuf-Jacques-Cartier. Une situation vécue dans Portneuf-Jacques-Cartier et partout ailleurs au Québec et au Canada.

« Les entreprises doivent trouver par elles-mêmes comment pourvoir leurs nombreux postes vacants. Plusieurs doivent même refuser des contrats, augmenter les délais de livraison et annuler des commandes, ne pouvant répondre aux demandes de leur clientèle. Ce qui affecte considérablement leur développement d’affaires et leur prospérité», déclare Joël Godin.

La solution dont il a pris l’initiative : la formation d’une coopérative dont la mission sera de faire venir et d’accueillir des travailleurs non spécialisés via l’immigration.

Après discussion avec des entrepreneurs et avec des experts, M. Godin en est venu à la conclusion qu’une façon rapide de combler les besoins en main-d’oeuvre serait de créer une coopérative.

Cinq entreprises ont répondu positivement à l’invitation : Préverco, Sélection du Pâtissier, Polycor, Ultratec et Freneco. Chacune de ces entreprises s’engagera à accueillir un minimum de 10 travailleurs non spécialisés, et à investir 4000 $ par travailleur pour les faire venir au Canada.

Il rester à obtenir un assouplissement des règles des ministères de l’Immigration fédéral et provincial pour que ces travailleurs puissent obtenir un permis de travail de deux ans au lieu d’un an. En outre, la formule proposée sera plus flexible et permettra plus de mobilité, puisque les travailleurs étrangers ne seront pas sous la responsabilité de leur employeur. Ils pourront ainsi changer d’employeur selon les besoins ponctuels de ces derniers. Une entreprise pourra travailler à former son personnel et espérer pouvoir le garder par la suite.

Il s’agit d’un projet pilote créé à l’initiative du député. « Mais ce n’est pas moi qui va tenir la coopérative, ajoute-t-il, ce sont le entreprises ».

Le point de presse avait lieu dans le Parc industriel de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, plus précisément dans les locaux de l’entreprise Structures Ultratec, une industrie de seconde transformation spécialisée dans les structures de bois préfabriquées, en présence d’intervenants du monde de l’emploi et d’entrepreneurs.

Photo à la Une : au centre, le député fédéral Joël Godin est entouré de représentants d’entreprises qui participeront au projet pilote : Roxanne Hamelin et Mario Carrier, de Freneco; Jean-François Dufresne, de Préverco; et Philippe Beaudoin, de Structures Ultratec.