Rencontre avec le couple qui a sauvé la septuagénaire d’un incendie

Grâce à leur intervention, ils ont sauvé une résidente de Saint-Raymond d’un incendie qui lui aurait coûté la vie. Héros modestes, Hélène Paquet et Yves Leclerc veulent surtout faire prendre conscience qu’une famille se retrouve dépossédée de tous ses biens à la veille des fêtes.

Retour sur les faits. Il est près de 22 h 30 en ce samedi 16 décembre. Le couple rentre à son domicile.

Sur la Grande-Ligne, Hélène Paquet aperçoit des flammes au deuxième étage de la maison de Ghislaine Bouchard, sa cousine par alliance. « On a tout de suite reviré de bord », raconte-t-elle.

Yves Leclerc, ancien policier, appelle immédiatement les secours. Pendant ce temps, sa conjointe frappe à la porte de la demeure, où aucune lumière n’est allumée.

Mme Paquet poursuit son récit : « J’ai cogné, j’ai crié. Finalement, Ghislaine s’est réveillée et est apparue sur le seuil de la porte. Elle est retournée à l’intérieur pour récupérer son petit chien. »

Le couple s’assure ensuite auprès de l’occupante des lieux qu’il n’y a personne d’autre dans le bâtiment. La fille de Mme Bouchard, qui demeure habituellement au deuxième étage, n’est pas présente ce soir-là.

Les pompiers arrivent peu après. L’incendie ravage déjà une bonne partie de la résidence. Celle-ci sera considérée comme étant  une perte totale. Les premières constatations indiquent qu’un problème électrique serait à l’origine du sinistre.

Se mobiliser pour la famille

Très humbles, Hélène Paquet et Yves Leclerc n’avaient même pas parlé de leur intervention à leurs proches. « On est un peu surpris et dépassés par l’ampleur que ça a pris », expliquent-ils.

Bien que conscients que leur geste a permis de sauver une vie, ils souhaitent surtout que l’attention se porte sur Ghislaine et sa fille, qui se retrouvent dépossédées de tous leurs biens, qui plus est à la veille des fêtes de fin d’année.

« Oui, Ghislaine a la vie sauve, mais elle et sa fille n’ont plus rien, fait savoir Mme Paquet. La maison vieille de 150 ans avec les nombreux souvenirs qu’elle renfermait n’est plus. »

Son mari ajoute : « Une nouvelle maison va être construite, mais en attendant, ça va être dur. Il faudrait se mobiliser, faire quelque chose pour eux. »

Remerciements

Dans une lettre envoyée au journal Le Martinet, Ghislaine Bouchard, qui loge présentement chez son fils, exprime ses remerciements : « Si je peux vous écrire aujourd’hui, c’est grâce à mes deux anges gardiens, Hélène Paquet et Yves Leclerc, qui m’ont sauvé la vie. Je ne les remercierai jamais assez. Grâce à eux, je passerai un temps des fêtes entourée de tous ceux que j’aime. Merci tellement. »

À noter que dans les décombres de la maison, deux statuettes d’anges ont été épargnées par les flammes.

Assurément, on peut dire que le couple est arrivé au bon moment, et que son intervention a été des plus rapide et efficace.

À lire également : Une septuagénaire sauvée des flammes à Saint-Raymond