Les pro-armes à Neuville

C’est finalement à Neuville que s’est tenue l’activité du regroupement « Tous contre un registre québécois des armes à feu ».

À l’entrée du site samedi dernier, un contrôle de sécurité s’assurait que les entrants sur le site de la cabane à sucre Chabot n’avaient, justement, aucune arme à feu avec eux. Photo du visage et de la plaque d’immatriculation pour tout le monde.

La cabane à sucre étant située à plusieurs centaines de mètres de la route du 2e Rang, il s’agissait plus d’un meeting que d’une manifestation comme telle. Dans la grande salle, une soixantaine de participants prenaient place. Ils ont notamment écouté et chaudement applaudi l’allocution de Mme Jessie McNicoll.

Tant dans son mot que dans l’entrevue qui a suivi, la co-organisatrice de l’événement a insisté sur les coûts, le temps et l’énergie liés à la mise en place d’un registre des armes à feu. « On fait ça au détriment de s’occuper de la détresse psychologique », soutient-elle.

Également co-organisateur et porte-parole, Guy Morin dénonce l’utilisation à des fins politiques d’un événement tragique, celui de Polytechnique. M. Morin rappelle qu’à l’époque le rapport du coroner affirmait que le contrôle des armes à feu n’avait rien à voir avec la tragédie, et que personne n’aurait été sauvé.

Le drame de Polytechnique a touché tout le monde, déclare le fondateur du mouvement François Picard, mais il affirme du même souffle ne pas vouloir subir les contrecoups d’une mesure qu’il qualifie d’inefficace.

Parlant du site où la manifestation était originalement prévu, « c’est une erreur, soutient Jessie McNicoll, on a soulevé l’indignation collective et blessé des gens, ce qui n’était pas notre objectif. On voulait choquer pour faire parler de nous, mais on ne voulait blesser personne » insiste-t-elle.

« Ce qu’on souhaiterait faire, dit-elle, c’est une sorte de tournée qui se promènerait dans la province pour aller faire des séances d’information au sujet des armes à feu ».

De son côté, Guy Morin s’est dit très satisfait de la participation à l’événement de Neuville.