René Gignac veut revenir en politique municipale

Après des mandats qui se sont échelonnés sur 14 ans entre 1999 et 2013 à titre de conseiller municial de la Ville de Pont-Rouge, René Gignac veut revenir en politique municipale. Il se portera donc candidat au poste #2 (laissé vacant par le départ de Mme Chantale Carette) aux élections municipales du dimanche 5 novembre.

« La vie politique, j’ai adoré ça », confie M. Gignac. Après une carrière de 35 ans comme gérant de service dans un garage, « aider les gens, bien les guider, c’était ma job, dit-il. Aider les gens, je veux recommencer ça ! »

Il admet que le conseil actuel a travaillé très fort. « Mais il y a des choses à améliorer, dont la circulation à Pont-Rouge. Et non seulement dans la ville, mais aussi dans les rangs ».

Autre dossier que René Gignac entend défendre, c’est celui du bâti patrimonial. « Ils ont besoin de quelqu’un pour aller plus haut que ça, on est en train de perdre de beaux joyaux », dit-il. M. Gignac. Il évoque notamment la réfection de la toiture d’une « belle vieille maison » du voisinage du couvent, où la tôle originale a été remplacée par du bardeau d’asphalte, et d’une autre maison qui selon lui risque de disparaître dans le voisinage de l’ancienne brasserie La Jasette.

Les dossiers du bien-être des personnes âgées, et de la bonne administration des finances publiques, sont également au rang de ses priorités.

Il veut que Pont-Rouge continue à se développer. Il se dit heureux de constater que les gens reviennent à Pont-Rouge pour rester. « Mais je veux aussi qu’ils reviennent pour rester et travailler à Pont-Rouge si c’est possible ». Il veut donc promouvoir la création d’entreprises qui resteront à Pont-Rouge.

Comme réalisations passées, René Gignac rappelle son implication dans la création des Habitations Sainte-Jeanne, un complexe dédié aux gens aux prises avec une déficience mentale, mais qui peuvent être autonomes. « C’est un dossier qui a cheminé pendant quatre ans avant que ça marche. Et ça marche numéro un, avec une liste d’attente », mentionne-t-il.

M. Gignac se dit fier de sa vie familiale, lui qui a cinq petits-enfants dont trois vivent à Pont-Rouge. Il insiste sur sa détermination et son honnêteté. « Les gens savent que je suis droit, et ça va continuer », dit-il.

rené_gignac