Rencontre avec Martial Grenon, de l’École de foresterie de Duchesnay

Parmi les différents exposants de l’édition 2017 de la Grosse Bûche, qui s’est déroulée à Saint-Raymond du 8 au 10 septembre, se trouvait Martial Grenon, professeur à l’École de foresterie de Duchesnay.

Le kiosque de Martial Grenon attire rapidement l’œil : sur des tables sont posés de nombreux spécimens de champignons qui s’attaquent au bois, dont certains impressionnent par leur taille.

M. Grenon enseigne l’aménagement de la forêt et se spécialise notamment en abatage et en pathologie forestière.

Cela fait maintenant 27 ans qu’il travaille à l’École de foresterie de Duchesnay. Outre l’aménagement de la forêt, on y enseigne notamment la récolte et la transformation du bois, ou bien la protection et l’exploitation de territoires fauniques.

Selon l’enseignant, la demande en main-d’œuvre est forte dans le secteur de la foresterie. « À la sortie de l’école, le taux de placement s’élève à 100 % », fait-il savoir.

Les techniques ont beaucoup évolué. « Les inventaires forestiers dans le résineux du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs se font avec une couverture aérienne par infrarouge », explique M. Grenon.

Le spécialiste du secteur de la forêt a déjà participé plusieurs fois à la Grosse Bûche. Cette année, il a importé de France l’une des épreuves des défis du bûcheron, qui a remporté un beau succès. « Je suis allé à la fête des métiers de la forêt qui se tient dans le village de La Sauvagère, précise Martial Grenon. C’est là que j’ai vu cette épreuve dont le but est d’obtenir la pointe la plus petite après avoir entaillé un billot qui ne doit pas tomber. »

Pour connaître tous les détails concernant les programmes offerts par l’École de foresterie de Duchesnay, rendez-vous sur le www.ecoleduchesnay.com.

À lire également : Grosse Bûche 2017 : le retour aux racines se confirme

gb2017_4

Martial Grenon, avec un impressionnant specimen de polypore.