Des problèmes d’eau potable dans deux écoles de la CS Portneuf

Deux écoles de la commission scolaire de Portneuf font face à une situation problématique au niveau de leur eau potable. Si le problème est moins grave à l’école Les Trois-Sources de Saint-Basile, la situation de l’école La Riveraine de Portneuf oblige la direction à recourir à l’eau embouteillée.

L’an dernier, les deux écoles ont adhéré au programme Visez eau, qui fait la promotion de l’eau potable plutôt que les boissons gazeuses ou énergétiques. Associé aux chercheurs de l’Université Laval et de Polytechnique de Montréal, l’analyse de l’eau via ce programme a permis de déceler dans l’eau potable, des taux anormalement élevés, de plomb dans le cas des Trois-Sources, et de cuivre à l’école La Riveraine.

À l’école de Saint-Basile, il suffit pour l’instant de laisser couler l’eau cinq minutes le matin pour que le taux de plomb se régularise.

À l’école de Portneuf, toutefois, le taux quatre fois trop élevé de cuivre dans l’eau a obligé la direction de la Commission scolaire à interdire l’utilisation de l’eau du robinet. En effet, laisser couler l’eau le matin ne contribue pas à régulariser le taux de cuivre, mais bien à l’accentuer. Au bout de cinq minutes  d’écoulement libre de l’eau du robinet, le taux a deux fois la limite, et au bout de 10 minutes, le taux augmente au lieu de diminuer.

Bien évidemment, élèves, personnel et parents ont été avertis de la situation dans les deux écoles concernées, hier et ce matin, nous explique le d.g. de la Commission scolaire Luc Galvani.

On ignore si le problème vient du fait que les tests ont été réalisés en début d’année scolaire, alors que l’eau était restée plus stagnante pendant l’été. Ou encore si le problème vient des réseaux municipaux ou de  celui de l’école. Par ailleurs, dans le cas de Portneuf, des travaux d’aqueduc sont en cours actuellement dans la municipalité.

Comme les chercheurs de Polytechnique ne sont pas accrédités par le ministère de l’Environnement, la Commission scolaire a dû avoir recours à une entreprise privée attestée afin de confirmer ou infirmer les résultats d’analyse obtenus. Ces nouveaux tests sont actuellement en cours de réalisation.