Des Philippines à Saint-Raymond, rencontre culturelle avec la famille Aquino

Dans le cadre des célébrations du 175e anniversaire de la fondation de Saint-Raymond, le comité des festivités organisait le 5 juillet dernier, au centre multifonctionnel Rolland-Dion, une rencontre culturelle avec la famille Aquino. Originaires des Philippines, les membres de la famille ont fait découvrir leur pays natal en chansons, en images et en dégustations.

La famille Aquino est décidément très appréciée à Saint-Raymond. Dans le centre multifonctionnel, on assiste à de nombreuses accolades et échanges de sourires.

Se rendant compte que les membres de la famille ont investi beaucoup de temps dans la préparation de l’événement, une Raymondoise va spontanément chercher une corbeille pour amasser des fonds. L’ambiance est à la fête.

L’année dernière, Joe, le père, ainsi que Julius, Paul et Mary Bianca, les enfants, ont rejoint Teresita, la mère, installée à Saint-Raymond depuis maintenant huit ans. Teresita est passée par un véritable parcours du combattant administratif avant que sa famille puisse la rejoindre.

« Le 4 juillet, cela aura fait tout juste un an que nous sommes arrivés à Saint-Raymond », expliquent en entrevue Julius et Mary Bianca, qui s’expriment dans un excellent français. De ce fait, si la soirée offre une belle occasion de découvrir une nouvelle culture, c’est aussi en quelque sorte la célébration de la réunification de la famille Aquino voilà un an.

Partage culturel

Après une allocution de Philippe Moisan, président des Fêtes du 175e, Danielle Dion, membre du comité des festivités, prend la parole : « Tous ceux qui ont eu la chance de rencontrer les Aquino savent qu’ils sont fort sympathiques. En préparant les fêtes du 175e, nous voulions présenter un volet culturel, et c’est ainsi que nous avons eu l’idée d’organiser une rencontre avec cette famille venue des Philippines, au parcours extraordinaire. »

Julius et Mary Bianca montent ensuite sur la scène. « Ce soir, nous voudrions vous partager notre culture, nos traditions, notre expérience de vie aux Philippines mais aussi ici, à Saint-Raymond », lancent les deux jeunes.

Julius, bientôt 23 ans, et Mary Bianca, 18 ans, affirment que l’accueil qu’ils ont reçu à leur arrivée dans la ville portneuvoise a été très chaleureux. « Beaucoup de personnes nous ont aidé et on nous a même donné des vêtements chauds », se rappelle Julius. « L’hiver a été très dur, on était vraiment tannés ! », ajoute avec amusement Mary Bianca, qui précise que cela n’avait rien avoir avec les températures très élevées de leur province de Pangasinan.

Les deux Philippins ont fait d’énormes progrès en français depuis qu’ils suivent des cours à Donnacona. Il s’agit de leur quatrième langue, après le filipino, l’espagnol et l’anglais. « On leur fait de petites farces et ils les comprennent pas mal toutes », rapporte Mme Dion.

Par la suite, Julius et Mary Bianca font la présentation des différents mets philippins préparés par leur mère. Sur une grande table se trouvent puto (petit gâteau de riz cuit à la vapeur), bibingka (gâteau composé de farine de riz et de lait de coco) ou encore turon (rouleau croustillant à la banane). « Est-ce que vous avez faim ? », demande Julius. L’assemblée se jette comme un seul homme sur les différents plats. Tout le monde se régale, tout en discutant avec la famille et en regardant des images des Philippines qui défilent sur un écran.

Plus tard dans la soirée, Julius (piano, guitare) et Mary Bianca (chant) interprètent plusieurs chansons, dans quatre langues différentes, pour le plus grand plaisir des convives.

Riche en émotions, l’événement aura permis aux Raymondois de partir à la découverte d’horizons lointains, et à la famille Aquino de se rapprocher encore un peu plus de son milieu.


Météo Portneuf