La BILP mettra en lumière ce qui passe inaperçu

Dans le cadre de la septième Biennale internationale du lin de Portneuf (BILP), laquelle se déroulera du 17 juin au 1er octobre, Deschambault-Grondines accueillera Passé inaperçu. Cette exposition, ont récemment dévoilé les organisateurs, a vu une vingtaine de créateurs « s’attarder à l’anodin, au discret, à ce qui, dans leur vie ou dans celles de leurs congénères, passe inaperçu ».

Précisément, c’est au Vieux Presbytère, à l’église Saint-Joseph et au Moulin de La Chevrotière qu’on pourra s’intéresser à la rupture que les artistes de la BILP 2017 ont été invités à faire « avec les schèmes habituels de la mémoire ». Ils l’ont été, précisons-le, car « de tous les gestes posés par les êtres humains, l’histoire ne retient qu’une infime partie; la mémoire est sélective, au plan collectif comme au plan individuel ».

En mettant les pieds dans les trois lieux patrimoniaux où les œuvres de Passé inaperçu seront réunies, on pourra apprécier divers « processus de création qui sont le reflet des tendances les plus actuelles en art contemporain ». Ceux qui ont de l’intérêt pour la vidéo, la gravure, la sculpture, la couture, le tricot et le macramé devraient particulièrement aimer cette expo qui mettra en lumière « des histoires de disparition, de secrets bien gardés et de réalités ignorées ». Ces histoires, il faut le spécifier, seront racontées aux visiteurs par des artistes venant du Québec, du Canada, des États-Unis, de la France, d’Italie, d’Israël et du Portugal.

Si Passé inaperçu devrait faire la force de la prochaine BILP, sachez que cet événement artistique d’envergure sera aussi le théâtre de prometteuses activités de médiation et de résidences de création. Alors que l’Américaine Jesse Harrod sera invitée à donner deux ateliers d’initiation au macramé, les Ateliers Roches Papiers Ciseaux (Amélie Roy-Langlois et Karine Gosselin) de même que le Comité d’embellissement de Deschambault-Grondines en profiteront pour réaliser une intervention assimilable au land art.

À cela, il faut ajouter que deux activités liées à la thématique Passé inaperçu seront offertes en collaboration avec Culture et Patrimoine Deschambault-Grondines. Dominique Roy, directrice de la BILP, nous a fait savoir que la première permettra aux membres du cercle de broderie des Ateliers du Moulin d’initier les intéressés à cet art. Au programme, on retrouve aussi un atelier animé par Carole Baillargeon. Il permettra aux curieux de découvrir la technique du frottis et de se pencher sur les « détails observés lors de leur passage dans le noyau villageois de Deschambault ». Ces rendez-vous seront gratuits et ouverts à tous.

Finalement, on s’en voudrait de ne pas souligner que l’historienne de renom et porte-parole de la BILP 2017 Evelyne Ferron sera invitée à présenter une conférence pendant la biennale. Alors que les Journées de la culture battront leur plein, elle fera d’une pierre deux coups en parlant de l’œuvre de Micheline Beauchemin. Cette artiste lissier de Grondines, rappelons-le, a marqué son époque.

Si vous voulez plus de détails sur les artistes et la programmation de la septième Biennale internationale du lin de Portneuf, rendez-vous au www.biennaledulin.com et sur la page Facebook de l’événement. Une fois que la BILP aura été inaugurée, le 17 juin prochain, vous trouverez aussi plus d’information à son sujet sur InfoPortneuf.com.

Météo Portneuf