Marc Hervieux : une soirée remarquable

Non seulement a-t-il une voix tout à fait remarquable, mais il a fait montre d’un grand talent de communicateur et d’un sens de l’humour à toute épreuve. Le ténor chou-chou des Québécois, Marc Hervieux, a chanté devant près de 700 personnes samedi soir à l’église de Saint-Raymond.

Accompagné de l’excellent pianiste Benoît Sarrasin, Marc Hervieux a ouvert son spectacle avec du Brel, en chantant Quand on a que l’amour. Plus tard dans le spectacle, il reviendra au répertoire du chanteur belge avec La Quête.

Par la suite, ses interprétations de Bécaud (Et maintenant), Rivard (Je voudrais voir la mer), Ferland (Une chance qu’on s’a, occasion de raconter plusieurs anecdotes toutes plus drôles les unes que les autres), Édith Piaf (Non, je ne regrette rien, L’Hymne à l’amour) et même le chanteur country Paul Daraîche (À ma mère, comme quoi les musiques se rejoignent), n’ont été que quelques-uns des grands moments de cette soirée, tout comme de sublimes airs italiens comme par exemple Parla piu piano.

La voix est d’une puissance à faire frémir, toujours parfaitement juste, et toute en nuances.

Mais surtout, Hervieux est en constant dialogue avec son public. Dialogue parce qu’il force à réagir, à rire, et à faire choeur avec lui. C’était de toute beauté d’entendre les envolées vocales de cette immense chorale, tantôt à l’unisson, tantôt en réponse, jusqu’à cette belle version de Ma mère chantait toujours, sur des paroles de notre compatriote Luc Plamondon, ce qu’il n’a pas manqué de souligner.

Généreux de sa présence, après ce concert de deux heures, Marc Hervieux a passé un long moment à discuter avec les gens qui s’étaient groupés autour de lui à l’arrière de l’église, à signer des autographes et à poser pour ceux et celles qui voulaient se faire prendre en photo en sa présence.

S’inscrivant parallèlement dans les Fêtes du 175e, le spectacle de Marc Hervieux était organisé par la Fabrique de Saint-Raymond, dont l’artiste a souligné la qualité de la réception et de l’organisation.

marc_hervieux

Une signature d’autographe

marc_hervieux2

Marc Hervieux en compagnie du président des Fêtes Philippe Moisan

marc_hervieux3

Le salut final, avec son pianiste Benoit Sarrasin