Marguerite Sweeney s’illustre à l’international

Lors des Championnats du monde juniors de surf des neiges, lesquels se sont déroulés en République tchèque, en mars dernier, la Basilienne Marguerite Sweeney a réalisé la meilleure performance canadienne de l’année. Du haut de ses seize ans, elle a devancé vingt-deux de ses concurrentes et s’est hissée au « très satisfaisant » cinquième rang de l’épreuve de descente acrobatique.

À Spindleruv Mlyn, c’est grâce aux 73,25 points qu’elle a décrochés lors sa première descente que Marguerite s’est illustrée de la sorte en « slopestyle ». Considérant qu’elle participait alors à ses premiers Championnats du monde juniors et qu’elle n’avait pas d’objectif de classement précis, force est d’admettre que c’est en grand qu’elle a fait son entrée sur la scène internationale. « Ce fut une super expérience », nous a-t-elle d’ailleurs confié.

En République tchèque, Marguerite Sweeney a également participé à l’impressionnante épreuve du grand saut, qu’on appelle communément le « Big Air ». Malheureusement, elle a eu moins de chance dans cette discipline et a été écartée de la compétition après avoir terminé en quatorzième position lors des qualifications.

S’il va sans dire que cette planchiste a connu une belle fin de saison, on s’en voudrait de ne pas insister sur le fait qu’elle a mis la main sur dix podiums en autant de compétitions de la Coupe Québec et du Circuit canadien au cours de l’année 2016-2017. « Tout a commencé par une médaille d’or à la compétition Canada COP à Calgary », se souvient cette sportive qui a ensuite « eu une médaille de bronze à Sun Peaks, en Colombie-Britannique ». Comme elle ne pensait pas monter sur le podium à cette occasion et qu’elle a reproduit le même exploit la semaine suivante, toujours en sol britanno-colombien, sa « saison commençait fort » et cela lui a donné confiance pour la suite.

Au final, comme Marguerite a terminé en tête des circuits canadien et nord-américain (Open), ajoutons qu’elle s’est automatiquement qualifiée pour tout le calendrier de la Coupe du monde de la prochaine saison. Par ailleurs, une bonne nouvelle n’attendant pas l’autre, elle a récemment appris qu’elle était en nomination au Gala de l’athlète dans la catégorie Sport individuel national. Cet événement annuel se veut une « reconnaissance du dépassement sportif ».

Pour la petite histoire, sachez que c’est au centre de ski de Saint-Raymond que la protégée de l’entraîneur Gabriel Dussault a commencé à pratiquer la planche à neige. Aujourd’hui, elle s’entraîne au Relais et est inscrite au programme sports-études de l’école secondaire Cardinal-Roy. Grâce à ce dernier, elle consacre cinq après-midis par semaine à l’entraînement, soit une quinzaine d’heures. Quand elle est dans la région de Québec, il faut ajouter à cela qu’elle se rend au centre de ski le soir et la fin de semaine. Il va sans dire qu’elle a également souvent des compétitions le samedi et le dimanche. En ce moment même, profitons-en pour dire qu’elle s’entraîne à Whistler. Elle y travaille notamment ses rails et l’atterrissage de nouveaux sauts.

En terminant, il est intéressant de mentionner que Marguerite Sweeney espère « être prise dans l’équipe Next Gen canadienne » l’an prochain. Comme elle le dit si bien, « on ne sait jamais ce qui peut arriver », mais on peut aisément penser que les efforts qu’elle déploie lui permettront au moins de s’approcher de ce rêve. Sport Radical, Le Relais et de la Fondation d’aide au sport amateur de Portneuf, qui sont ses précieux commanditaires, promettent aussi de l’aider à atteindre cet objectif.

marguerite_sweeny_avril2017_4

La planchiste Marguerite Sweeney

marguerite_sweeny_avril2017_1

marguerite_sweeny_avril2017_2

marguerite_sweeny_avril2017_3

Météo Portneuf