Du théâtre aux Écureuils grâce à la Sapristie de troupe

À l’occasion du 275e anniversaire des Écureuils, des anciens du Théâtre de la Pointe-Aux-Écureuils ont eu l’idée de se réunir et de monter Que reste-t-il de la Rosace?. En avril, a-t-on appris, les membres de la Sapristie de troupe présenteront cette pièce à neuf reprises au Relais de la Pointe-Aux-Écureuils.

Signée et mise en scène par Pierre Doré, la comédie Que reste-t-il de la Rosace? « offre un lot de personnages frôlant l’absurde derrière lesquels se cachent des thèmes très actuels ». En effet, le réchauffement de la planète, la religion, la politique, la différence et la quête identitaire sont autant de sujets qu’a choisis d’aborder l’auteur avec cette création dont le but premier « est de souligner ce qu’était et ce qu’est devenu » le village des Écureuils.

Ceux qui assisteront à l’une ou l’autre des représentations au programme aimeront savoir qu’ils découvriront un pan de la vie de Nathalie. Alors qu’elle traverse un moment charnière de sa vie, cette quinquagénaire décide de quitter son emploi et son mari. Elle quitte également Montréal afin de trouver des indices qui pourraient la mener à sa mère biologique. C’est ainsi qu’elle se retrouve aux Écureuils, petit village portneuvois où elle rencontre Thérèse. Avec elle, Nathalie fait un voyage dans le temps qui lui permet de rencontrer ses descendants. C’est en assistant à la pièce que les curieux auront la chance de découvrir si ce tandem saura se rendre à destination.

Au sujet de la Sapristie de troupe, sachez qu’elle rassemble plusieurs passionnés de théâtre. Avec Que reste-t-il de la Rosace?, on pourra apprécier le talent de l’auteur et metteur en scène Pierre Doré, des comédiens Jacqueline Lefebvre, Normand Martel, Roger Pagé, Renée Poulin, Donia Trépanier et Sophie Trépanier, du responsable des décors Pierre Raymond et de son assistant Jacques Belleau, des peintres Lucie Martel et Céline Proulx de même que du responsable de la musique Gaétan Lefebvre.

Comme 2017 est une année historique pour Les Écureuils, profitons-en pour rappeler que c’est en 1991 que le Théâtre de la Pointe-Aux-Écureuils y a vu le jour. Les comédiens qui en faisaient partie ont commencé à rejoindre les rangs de différentes troupes de la région en 2000 et, six ans plus tard, le Théâtre de la Pointe-Aux-Écureuils cessait ses activités. Vous savez maintenant que la Sapristie de troupe permettra à certains de ses anciens membres de se retrouver dans le cadre fort opportun du 275e anniversaire des Écureuils.

Si vous avez envie de voir Que reste-t-il de la Rosace?, notez bien que la pièce sera présentée les 13 (complet), 14, 15, 20, 21, 22, 27, 28 et 29 avril. Dans tous les cas, elle débutera à 19h30 au Relais de la Pointe-Aux-Écureuils (991, rue Notre-Dame, Donnacona). Les billets sont en vente au www.lesecureuils.ca, au dépanneur des Écureuils (418 285-0375) de même qu’au Relais (418 265-2957). Vous les paierez 18 $ chacun.

Finalement, mentionnons que Que reste-t-il de la Rosace? sera présentée par la Sapristie de troupe grâce à la précieuse collaboration de Métal Perreault et du Comité des fêtes du 275e  anniversaire des Écureuils.

Le Relais de la Pointe-Aux-Écureuils

Comme c’est une belle occasion de le faire et qu’il gagne à être connu, il est intéressant de revenir sur le « joyau patrimonial à conserver » qu’est le Relais de la Pointe-Aux-Écureuils. D’abord, il faut rappeler qu’il a pour mission de sauvegarder l’église Saint-Jean-Baptiste dont la désacralisation remonte à mai 2014.

En plus d’être « le principal pôle d’attraction des Écureuils », rappelons que le Relais « est un locateur de salle de diverses grandeurs » et qu’il « est organisateur de plusieurs activités ». On lui doit l’organisation des festivités du 275e des Écureuils, mais aussi l’idée « de recréer une place où la population peut se rassembler et échanger ». D’ailleurs, c’est dans ce but que les responsables prévoient y construire un four à pain communautaire et qu’ils collaborent à la présentation de Que reste-t-il de la Rosace?.

Si vous voulez avoir plus d’information sur cet organisme dynamique, visitez son site Web et sa page Facebook.