La Ferme Dorelies célèbre quarante-cinq ans d’équitation

Au 139, rang Saint-Jacques, à Saint-Basile, cela fait maintenant quarante-cinq ans que l’art de monter à cheval et le plein air sont à l’honneur. Grâce à la Ferme équestre Lafrenière dans un premier temps et à la Ferme équestre Dorelies depuis une décennie déjà, de très nombreux amoureux des chevaux patrimoniaux et de la nature y ont effectivement vécu des expériences inoubliables.

Question de célébrer cet anniversaire en grand et de faire connaître davantage son entreprise à la population de Saint-Basile et de la grande région de Portneuf, Brenda Smith, de la Ferme équestre Dorelies, a décidé d’y tenir une journée portes ouvertes. Le samedi 8 avril prochain, nous a-t-elle fait savoir, ceux qui en profiteront pour aller à la rencontre de son équipe auront la chance d’échanger avec le personnel de la ferme, d’en visiter les installations et d’en apprendre plus sur le cheptel de dix-sept chevaux canadiens et croisés canadiens qu’on y retrouve.

Alors que tous pourront profiter de cet événement pour faire une balade en voiture, mentionnons que les jeunes de cinq ans et plus pourront faire un petit circuit en manège s’ils le souhaitent. Si l’état des sentiers le permet, il sera aussi possible d’y faire une sortie à cheval (huit ans et plus). Ces trois activités pourront être pratiquées à coût modique, et ce, de 9h à 18h.

Bien entendu, Brenda Smith entend profiter de cette journée spéciale pour parler des nouveautés qui animeront sa ferme cet été. Afin de répondre à la demande de sa clientèle, sachez qu’elle profitera de la prochaine saison chaude pour offrir des camps de jour d’une ou de deux semaines intensives aux enfants de huit ans et plus, et ce, qu’ils soient débutants ou qu’ils aient déjà suivi des cours d’équitation. Toujours au chapitre des nouveautés, on retiendra qu’un site à saveur autochtone sera bientôt aménagé sur la terre de Mme Smith.

Les impatients aimeront savoir que d’ici la journée portes ouvertes, il sera possible d’en apprendre plus sur la Ferme équestre Dorelies et les services qui y sont offerts en visitant le www.dorelies.com. L’entreprise a aussi une page Facebook.

Un brin d’histoire

Comme l’occasion s’y prête bien, profitons-en pour faire un saut dans le passé. Au début des années 1970, c’est en faisant l’acquisition de la ferme d’un dénommé Leclerc que Marie-Claude Lafrenière a jeté les bases d’une aventure qui devait la voir transmettre sa passion des chevaux et du plein air à bien des gens d’ici et d’ailleurs. Bien qu’elle ait passé le flambeau à son ancienne élève et employée Brenda Smith il y a dix ans de cela, il faut souligner qu’elle se rend toujours régulièrement à la Ferme équestre Dorelies. Entre autres choses, elle y anime des ateliers et se charge de faire passer différents brevets aux élèves.

À l’instar de sa prédécesseure, Brenda Smith peut se montrer fière d’être à la tête d’une ferme équestre renommée à la fois au Québec et à l’international. Si les randonnées, les cours privés, les camps de jour et les balades en carriole qui y sont offerts attirent leurs lots respectifs de visiteurs dans le rang Saint-Jacques, force est de croire que c’est la philosophie qui guide la propriétaire et son équipe qui séduit le plus ceux qui s’y rendent. Il faut savoir que pour elle, le cheval est un outil de travail qui permet à quiconque en prend soin de grandir et de gagner en autonomie, en débrouillardise et en leadership.

Finalement, ajoutons que Mme Smith avoue suivre la piste tracée par Marie-Claude Lafrenière. Comme elle, elle a un grand respect pour les chevaux, qu’elle qualifie d’animaux fins et loyaux, de même que pour l’environnement dans lequel ils évoluent.

ferme_dorelies_rachel_leclerc

Les chevaux patrimoniaux sont au cœur des activités de la Ferme équestre Dorelies. (Photo : Rachel Leclerc)

Météo Portneuf