Changements climatiques et inondations : Saint-Raymond se joint à la Rés-Alliance

Le jeudi 16 mars, c’est dans le cadre du colloque « Bilan et perspectives en gestion des risques d’inondations » que le Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ) a lancé la Rés-Alliance. Ce fut notamment l’occasion pour tous les participants d’apprendre que Saint-Raymond fait partie de cette communauté de pratique en adaptation aux changements hydroclimatiques.

Alors qu’elle était de passage en sol raymondois, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que Marie-Claude Leclerc a dévoilé que ce projet provincial que coordonne le ROBVQ, dont elle est directrice générale, a pu voir le jour grâce à un soutien financier de 500 000 $ provenant du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Animée du même entrain, Mme Leclerc a expliqué que huit communautés leaders faisant face à des défis importants en matière d’inondations des zones habitées et d’érosion forment actuellement la Rés-Alliance. De 2017 à 2020, a-t-elle précisé, toutes pourront compter sur le ROBVQ alors qu’elles seront « amenées à se doter d’un plan d’adaptation et à en amorcer la mise en œuvre ». Précisons que Saint-Raymond et son Comité Rivière pourront également compter sur la CAPSA au cours de cette période qui leur permettra, a-t-on appris, de poursuivre la démarche de gestion intégrée des risques d’inondations qui a été amorcée dans la foulée de l’importante inondation d’avril 2014.

Si le maire Daniel Dion a profité du lancement de la Rés-Alliance pour déclarer que les efforts déployés par Saint-Raymond et ses partenaires ont porté fruits, au cours des trois dernières années, il a aussi avoué que « la bataille est loin d’être gagnée » en matière d’inondations. Selon lui, la Ville de Saint-Raymond bénéficiera donc de son adhésion à la communauté que vient de lancer le ROBVQ, car elle n’aura pas à réinventer la roue si elle trouve, chez les autres collectivités participantes, la solution à un problème qu’elle rencontre. Entre autres, nous a confié M. Dion, le système de surveillance qui a été développé par Sainte-Marie, en Beauce, mérite qu’on s’en inspire. Par ailleurs, ajoutons qu’il estime que grâce aux diverses études qui y ont été faites jusqu’à présent, Saint-Raymond est « en avance » sur bien des municipalités. Elle pourrait conséquemment jouer un rôle de premier plan au sein de la Rés-Alliance.

En conférence de presse, il importe de mentionner qu’Antoine Verville, directeur général adjoint du ROBVQ, a précisé que les différents membres qui forment la Rés-Alliance auront une fiche sur le site Web de ce projet. Chacune des fiches sera bonifiée au fil du temps et toutes pourront évidemment être consultées par les communautés qui souhaiteront s’en inspirer. De plus, des infolettres seront envoyées régulièrement aux inscrits et un grand forum sera tenu au terme de la période de trois ans qui devrait voir bouillonner le noyau composé de Saint-Raymond, Bonaventure, Baie-Saint-Paul, Petite-Rivière-Saint-François, Beauceville, Victoriaville et des bassins versants de Matapédia-Restigouche et de la rivière Saint-Régis.

Notez que les collectivités québécoises qui sont aux prises avec des inondations, des crues subites, des débâcles printanières de même que des problèmes d’érosion de leurs berges et de sédimentation de leurs réservoirs d’eau potable sont toutes invitées à gonfler les rangs de la Rés-Alliance en tant que communautés adhérentes. « Plus il y aura de communautés qui participeront au projet, plus les échanges seront riches en expériences et en solutions d’adaptation », a commenté Marie-Claude Leclerc.

En assurant « un transfert de connaissances et un partage d’expériences entre les différentes communautés qui doivent s’adapter aux nouvelles réalités climatiques qui affectent la gestion des ressources en eau », vous aurez compris que la Rés-Alliance a pour objectif de les aider à faire face aux nouveaux enjeux que génèrent les changements climatiques. Ces derniers, rappellent le ROBVQ, « modifient les régimes hydrologiques et amplifient les phénomènes de crues et d’étiages ».

Pour plus de détails sur le Rés-Alliance, consultez simplement le www.robvq.qc.ca/resalliance.

Bilan et perspectives en gestion des risques d’inondations

Organisé par la CAPSA, le colloque « Bilan et perspectives en gestion des risques d’inondations » a été tenu au Centre multifonctionnel Rolland-Dion et a réuni les citoyens de même que les intervenants locaux, régionaux et provinciaux qui ont uni leurs efforts, au cours des trois dernières années, afin de réduire les risques d’inondations à Saint-Raymond.

Cette activité a permis à près de soixante-dix personnes de se réunir, d’en apprendre davantage sur les plus récentes retombées des recherches qui ont été entamées depuis 2014 et de jeter un œil sur les perspectives en gestion des risques d’inondations.

res_alliance_mars2017_2

Lors du lancement de la Rés-Alliance, le maire de Saint-Raymond Daniel Dion et le maire de Beauceville Luc Provençal, qui était de passage dans la région pour l’occasion, ont signé le formulaire d’engagement officialisant leur adhésion à ce projet coordonné par le ROBVQ.

res_alliance_mars2017_3

Marie-Claude Leclerc, directrice générale du ROBVQ

Météo Portneuf