Saint-Ubalde, terre d’accueil et d’amour

Enfin! Tel est le mot qui est venu à l’esprit de nombreux Ubaldiens lorsqu’ils ont appris que « leur » famille syrienne allait finalement arriver chez-eux. Précisément, c’est dans la nuit du 24 au 25 février qu’Hani, Evlyne et Lamitta ont posé leurs quelques valises au cœur d’un village où leur venue a longtemps été attendue.

Dimanche dernier, Hani et Evlyne de même que leur petite fille Lamitta ont certainement été les convives les plus remarqués du brunch communautaire auquel ils avaient été conviés par le Cercle de Fermières de Saint-Ubalde. Les y attendaient les responsables de ce repas, évidemment, mais aussi de nombreux concitoyens, des curieux venus d’autres municipalités portneuvoises de même que des élus désireux de les saluer et de féliciter le comité de parrainage qui s’est montré fort patient et dévoué.

Si on se fie aux larges sourires qu’ils affichaient, les Hrez sont certainement contents du traitement et de l’amour qu’ils reçoivent de leur communauté. Il faut dire que les douze membres du comité qui ont travaillé à la préparation de leur arrivée en sol ubaldien ont jusqu’ici tout fait pour que cette famille puisse maintenant avoir une vie des plus heureuses. Comme ils s’y sont engagés, il va sans dire qu’ils continueront à veiller sur eux tout au long de l’année qui débute. Francisation, activités sociales et appui dans les différentes démarches à venir occuperont notamment les bénévoles qui souhaitent contribuer à leur intégration. Soulignons ici que Nawel Hanchi, Tunisienne d’origine et Ubaldienne d’adoption, devrait aussi jouer un rôle primordial dans leur vie au cours des prochains mois. Elle est notamment une précieuse interprète.

Lors du brunch, vous comprendrez que c’est avec force joie que le diacre Gilles Pellerin s’est adressé aux personnes qui s’étaient réunies pour l’occasion. « On est émerveillés », a d’emblée lancé celui qui est considéré comme le maître d’œuvre du comité de parrainage, « c’est vraiment une belle famille ». Sur ces mots, c’est avec émotion que tous les invités des Fermières se sont levés d’un trait et qu’ils ont offert des applaudissements nourris à la famille Hrez. Cette dernière s’est alors montrée touchée par la générosité des gens de Saint-Ubalde. L’heure était à la reconnaissance mutuelle.

Toujours au cours de cette activité annuelle, sachez que le maire Pierre St-Germain a dit espérer qu’Hani, Evlyne et Lamitta auront un séjour agréable à Saint-Ubalde. Ce devrait être le cas, selon Pierre Sarrau, de la paroisse Saint-Yves, soit un important partenaire du comité de parrainage, car il est d’avis que ce village est « un endroit fantastique ». Ajoutons que le député fédéral en a profité pour remettre l’unifolié à la famille Hrez et les armoiries du Canada à Gilles Pellerin. Quant à Catherine Gosselin, représentante du député Michel Matte, elle a souhaité à ces nouveaux Portneuvois de vivre de bons moments de paix et de vie dans notre région.

Parlant de vie dans notre région, profitons-en pour revenir sur le discours qu’a livré Gilles Pellerin, dimanche dernier. S’il a affirmé que ses pairs du comité et lui feront tout pour que « leur » famille syrienne ait envie de demeurer à Saint-Ubalde une fois la période de parrainage complétée, il a aussi tenu à rappeler que l’important est qu’elle soit heureuse, et ce, peu importe où elle choisira de vivre dans le futur. Précisons que Rober, soit le frère de Hani, est arrivé dans Portneuf en même temps que lui. Sa famille est parrainée par un comité de Pont-Rougeois. Leur autre frère devait s’établir à Saint-Basile, mais son arrivée au pays a malheureusement été retardée.

Finalement, sachez que la famille syrienne qui anime présentement Saint-Ubalde d’une énergie peu commune et le comité qui veille sur elle ont fait l’objet d’une intéressante couverture médiatique. Entre autres, les curieux aimeront savoir que Rima Elkouri a signé trois textes magnifiques sur eux et « Nawel de Portneuf » dans l’édition du 4 mars de La Presse. À 18h, hier soir, Le Téléjournal Québec leur a également offert une belle vitrine.

À tout cela, il faut ajouter que Christian Mathieu Fournier et Nadine Beaudet ont suivi de près les démarches du comité de Saint-Ubalde. Ce couple de cinéastes de Grondines a notamment assisté à plusieurs des rencontres de ce groupe attachant et était de la partie à l’arrivée des Hrez à Montréal. Si tout se déroule comme prévu, le documentaire qu’ils ont tourné sur cette longue et inspirante aventure devrait être lancé l’automne prochain. Ce sera à voir!

syriens_st_ubalde_mars2017

Sous les yeux souriants d’Evlyne et Hani, on voit la petite Lamitta recevoir un toutou des mains d’une généreuse Ubaldienne.