La Société du patrimoine de Saint-Raymond monte dans le train du 175e

Forte de sa vingtaine de membres et de leur implication bénévole, la Société du patrimoine de Saint-Raymond profitera du 175e anniversaire de la municipalité pour lancer un livre, animer des tours historiques, présenter des conférences et rendre hommage à ceux et celles qui ont construit la plus populeuse des villes portneuvoises.

En conférence de presse, le président Stéphane Lépine, qui quittera son poste sous peu, a dévoilé que les quatre projets que la Société du patrimoine de Saint-Raymond a présentés au comité du 175e anniversaire ont tous été acceptés. Conséquemment, l’organisme nourrira les festivités à venir et confirmera, à sa manière, que Saint-Raymond est à la fois riche d’histoire et d’avenir.

Avec le Livre des familles, a tout d’abord expliqué le vice-président Luc Tremblay, les intéressés pourront découvrir les ancêtres de Saint-Raymond et se plonger dans plus de 350 photos datant de la fin du dix-neuvième siècle au milieu des années 1900. Comme le comité en charge du livre a établi qu’un ancêtre est une personne ayant vécu à Saint-Raymond il y a au moins 100 ans, nul ne sera surpris de lire que les Alain, Beaupré, Cantin, Paquet et Plamondon comptent parmi les quelque 108 familles qui auront leur place dans cet ouvrage. Ce n’est pas un livre généalogique, a indiqué M. Tremblay, mais les différentes lignées de chaque famille pourront y être étudiées. À eux seuls, les Moisan en compteraient entre tente et trente-cinq. Déjà, sachez que près de la moitié des 600 copies qui seront imprimées du Livre des familles ont été réservées. Il suffit de contacter un membre de la Société du patrimoine pour être assuré d’en avoir une. Ajoutons que le lancement devrait être fait le 30 mai prochain, soit le jour de l’érection canonique de la paroisse de Saint-Raymond, et que le coût du livre a été fixé à 40 $.

Quant au parcours historique que deux cents personnes auront la chance de compléter, les samedi 2 et 9 juillet, il sera commenté par Christiane Huot et Denise Barrette. À bord de l’autobus qui sera loué pour l’occasion, elles promettent de faire un bond dans le passé et de parler des lieux et des gens qui ont marqué, entre autres, l’histoire du centre-ville raymondois de même que de Chute-Panet, de Bourglouis, du Mont Laura et du rang du Nord. À chacun des quatre tours au programme, cinquantaine participants seront invités à se frotter aux récits, aux légendes et au patrimoine bâti que Tour Historia met en valeur. Rappelons que ce guide touristique et culturel a été lancé à l’occasion du 150e de Saint-Raymond, en 1992. Le coût de cette activité ne dépassera pas 5 $.

Fidèle à lui-même, c’est avec volubilité que Jean-Louis Plamondon a parlé de la série de conférences que présentera la Société du patrimoine. À la demande de cette dernière, l’historienne de Deschambault-Grondines Evelyne Ferron viendra à Saint-Raymond à trois reprises, et ce, afin de « raconter le monde dans lequel on vivait » entre 1832 et 1918. Elle fera une large place à l’histoire locale, provinciale et nationale en parlant, le dimanche 26 mars, de l’économie et du monde industriel et technique. Les thèmes qu’elle abordera le 4 juin et le 12 novembre seront dévoilés plus tard. Toutes les conférences seront données dans la salle C du Centre multifonctionnel Rolland-Dion, à 14h. Ce sera gratuit pour tous.

À cela, il faut ajouter que la Société du patrimoine a décidé de profiter du 175e de Saint-Raymond pour faire faire une plaque de bronze rendant « hommage à nos prédécesseurs et à l’héritage qu’ils nous ont laissé ». Cette plaque, a expliqué Jean-Louis Plamondon, se veut l’expression du respect, de l’admiration et de la reconnaissance que les Raymondois actuels doivent « à ceux qui ont construit Saint-Raymond au fil des ans ». Elle pourrait être installée dans l’église.

Alors que tous ces projets étaient dévoilés aux médias, soulignons que le conseiller municipal Étienne Beaumont a tenu à saluer le travail de Stéphane Lépine et le caractère « précieux » de la Société du patrimoine. Selon lui, cette organisation contribue à la conservation et à la mise en valeur de notre patrimoine et de notre histoire et enrichie, entre autres, l’expérience que vivent bien des touristes à Saint-Raymond.

AGA, archives et présidence

Comme l’occasion s’y prête bien, mentionnons que la Société du patrimoine tiendra son assemblée générale annuelle le lundi 6 mars, à 19h30, au Centre Augustine-Plamondon. C’est d’ailleurs là que se trouve le local de l’organisme qui a récemment fait un important travail pour faciliter l’archivage de ses documents. Quand on sait qu’il a plus e 16 000 photos en banque, on comprend certainement qu’il soit nécessaire de bien les répertorier.

Finalement, revenons sur le fait que Stéphane Lépine profitera de cette réunion annuelle pour passer le flambeau à un nouveau président, et ce, après quatre années passés à occuper ce poste. Il continuera tout de même de s’impliquer au sein de la Société du patrimoine de Saint-Raymond, un comité qu’il dit dynamique et dont il est membre fondateur.

societe_patrimoine_fevrier2017_1

Le président de la Société du patrimoine de Saint-Raymond Stéphane Lépine est entouré de la secrétaire de Lyne Beaupré et du vice-président Luc Tremblay.