Sursis in extremis pour l’égout collecteur de Lac-Sergent

Lors de sa séance ordinaire du lundi 20 février, le conseil municipal de Lac-Sergent devait voter pour le retrait du projet de collecte, d’interception et de traitement des eaux usées dans le cadre du programme Fonds pour l’eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU). Il allait ainsi renoncer au projet d’égout collecteur que la municipalité caresse depuis des années. Il ne l’a cependant pas fait.

Devant une cinquante citoyens, le maire René-Jean Pagé, qui n’a jamais caché son intérêt pour le « très beau projet » d’égout collecteur, a d’emblée tenu à relativiser son point de vue. Se disant « pragmatique » et peu friand des « aventures non mesurées », il n’a pas hésité à qualifier son appréciation actuelle de l’égout collecteur de « fragile ». Après avoir rappelé les grandes étapes de ce projet qui divise les Sergentois, M. Pagé a insisté sur le fait que la demande envoyée au FEPTEU n’avait pas eu les fruits escomptés. En effet, ce programme n’aurait couvert que le tiers des coûts plutôt que les quelque 80 % espérés. Vu les circonstances, le maire a même dit qu’il n’avait plus aucun argument pour convaincre le conseiller Mario Émond, qui appuyait le projet jusqu’à tout récemment, de continuer de le faire.

Lors de la première période de questions sur les sujets à l’ordre du jour, il va sans dire que de nombreux citoyens ont voulu s’adresser au conseil municipal. Comme il fallait s’y attendre, ceux qui sont opposés à l’égout collecteur ont salué le retrait qui devait être faire de ce projet dans le cadre du FEPTEU. « Le conseil de ville fait enfin preuve de lucidité », a commenté l’un d’eux, arguant que la construction d’une telle infrastructure serait onéreuse. Il faut savoir que pour un système d’égout sous pression, la facture a été estimée à un peu plus de 13 M $. Pour savoir combien coûterait un système d’égout gravitaire, lequel est également envisageable, Lac-Sergent devrait débourser 17 000 $ de plus que les 600 000 $ déjà investis dans tout ce dossier.

Quant aux Sergentois qui sont en faveur du projet d’égout collecteur et qui étaient, selon ce qu’on nous a dit, majoritaire lors de la séance du conseil, ils n’ont pas manqué leur chance de confronter les élus et les opposants présents. À ceux qui préfèrent les solutions individuelles au projet collectif qu’a longtemps défendu l’ex-maire Denis Racine, une dame a dit croire que « c’est un privilège de vivre sur le bord du lac » et qu’« il faut vivre avec les conséquences ». Pour elle et ses pairs, vous aurez compris que la santé du lac passe avant tout et qu’elle ne doit pas souffrir de l’aversion que nourrissent plusieurs à l’idée de voir la Ville de Lac-Sergent s’endetter de plusieurs millions.

Alors que la période de questions tirait à sa fin et qu’un mécontentement certain se faisait entendre, la séance du conseil a été ajournée pendant une quinzaine de minutes. Après en avoir profité pour échanger en privé, le maire et les conseillers (seule Hélène Michaud était absente) ont majoritairement voté pour le retrait des points 10.1 et 10.9 de l’ordre du jour. C’est ainsi que s’en sont retrouvés écartés les résolutions visant le retrait du projet de collecte, d’interception et de traitement des eaux usées dans le cadre du programme FEPTEU de même que la modification à la programmation de travaux dans le cadre du programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec (TECQ) 2014-2018.

En agissant de la sorte, le conseil municipal s’est évité les foudres de ceux qui estiment que ce n’est qu’en misant sur un système d’égout collectif que le lac Sergent pourra être sauvé du triste sort qui le guette. Cela dit, il s’est attiré celles des opposants qui privilégient les systèmes individuels et qui espéraient que le retrait du projet d’égout du FEPTEU allait en signer l’arrêt de mort ou, à tout le moins, lui asséner un coup potentiellement fatal.

Si le souhait des Sergentois qui sont en faveur de l’égout collecteur est exaucé, un référendum sera tenu afin que les citoyens puissent tous exprimer leur opinion. Rien ne serait cependant gagné d’avance pour eux, si tel est le cas, car pour toucher l’enveloppe d’un peu plus de 3 M $ du FEPTEU, la construction du réseau d’égout collecteur se doit d’être complétée d’ici mars 2018. Les divers délais à respecter et le retour de l’hiver, en décembre prochain, comptent parmi les embûches à considérer dans ce cas. Encore et toujours, c’est donc un dossier à suivre.

lac_sergent_egout_fevrier2017

Une cinquantaine de citoyens ont assisté à la plus récente séance du conseil municipal de Lac-Sergent.

Météo Portneuf