Les paramédics en grève : « aucun service à la population ne sera touché »

Mardi matin, c’était au tour des paramédics de Portneuf de déclencher une grève. Salaires, l’organisation du travail, la surcharge de travail, les assurances, les fonds de pension,  voilà ce qui accroche avec le ministre.

« On est même pas capables de négocier avec eux puisqu’ils ne sont même pas à la table », déclarait le président de l’Association des travailleurs du préhospitalier (ATPH), Frédéric Maheux en point de presse mardi matin à Saint-Marc-des-Carrières.

Le mandat est pour une grève illimitée. « Le but n’est pas de faire la grève pour la grève, le but est que le ministère revienne à la table et qu’on puisse négocier », ajoute M. Maheux.

C’est surtout via les tâches administrative que les syndiqués se manifesteront. Aucun service à la population ne sera touché, assure-t-on. Les ambulanciers feront leur travail normalement.

Par contre, aucune facturation ne sera faite par les paramédics. « À partir d’aujourd’hui, c’est gratuit l’ambulance. Si le boss veut facturer, il faudra qu’il se trouve un moyen de facturer ».

C’est l’ensemble de Portneuf, sauf la partie de Saint-Raymond, qui constitue le territoire de ce mouvement de grève. Ce sont donc les paramédics en poste à Sainte-Catherine, Donnacona, Saint-Marc-des-Carrières et Saint-Ubalde qui sont en grève.

Il y a maintenant deux ans que les paramédics sont sans contrat de travail, et il y a un an que le ministre Barrette s’est retiré de la table de négociations. « Il disait confier cette responsabilité entièrement aux diverses entreprises privées et coopératives du secteur, ce qui laisse planer une inquiétude quant au maintien de conditions de travail uniforme », exprime la présidente syndicale Ann Gingras dans un communiqué émis ce matin.

Des grèves sont déclenchées un peu partout à travers la province. Les paramédics espèrent ainsi régler la situation. « La détermination des gens, elle est là, vous en avez la preuve ce matin, on est présents, et si effectivement il y a des moyens de pression qui doivent être autres, les gens vont être en arrière, parce c’est leurs conditions de travail et ce qu’ils veulent c’est être respectés », dit le premier vice-président du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches de la CSN, Gilles Lamontagne.

La grève déclenchée mardi matin concerne 80 travailleurs et travailleuses.

grève_paramédics1

Les porte-parole : Gilles Lamontagne, de la CSN; et Frédéric Maheux, de l’ATPH

grève_paramédics3

Plusieurs grévistes s’étaient réunis pour le point de presse de mardi matin 8h à Saint-Marc-des-Carrières.