Le chef d’Option nationale de passage à Saint-Raymond

« On a toujours avantage à prendre des décisions pour nous mêmes collectivement ». Sans surprise, le chef d’Option nationale Sol Zanetti l’a déclaré hier soir, de passage au Roquemont où il a accordé des entrevues aux membres de la presse régionale.

« L’indépendance essentiellement, ce n’est pas d’arrêter de faire des affaires avec les autres, c’est faire des affaires avec les autres, tant que ça fait notre affaire et que ça fait leur affaire aussi », dit-il.

Le chef était notamment de passage chez nous afin de fare connaître son option, notamment via le manifeste « Le livre qui fait dire oui », une oeuvre collective de près de 120 pages qui se veut « un ouvrage de vulgarisation politique et d’introduction à l’enjeu de l’indépendance du Québec », comme dit en quatrième de couverture.

L’enseignant en philosophie au Campus Notre-Dame-de-Foy voudrait bien sûr affermir son organisation dans Portneuf. Déjà, il pense à 2018 et entend présenter des candidats dans les 125 circonscriptions du Québec.

Le parti a une organisation au niveau de la Capitale-Nationale, mais pas d’exécutif dans Portneuf. Sa visite à Saint-Raymond était « pour voir s’il n’y avait pas moyen de créer quelque chose dans les prochaines semaines ».

Questionné sur le récent sondage qui donne son parti à 1 % dans les intentions de vote, Sol Zanetti répond que : « C’est plus élevé que notre résultat de 2014, on espère pouvoir augmenter ce score là afin d’avoir davantage de moyens si on veut faire la promotion de l’indépendance entre autres, et aussi pour redonner un sens au mouvement indépendantiste. L’enjeu principal de l’indépendance est qui va décider de notre avenir, poursuit-il, est-ce que c’est nous ou un parlement à Ottawa dans lequel on a 23 % de représentation, ou est-ce que c’est des multinationales même ? ».

Zanetti donne notamment l’exemple de Trans-Canada qui veut transporter son pétrole via le Québec, une décision qui selon lui fait l’affaire du Canada mais pas du Québec.

En cette période où on parle de convergence, pourquoi Option nationale ne se rallie-t-elle pas au PQ, puisque la finalité est la même ? Réponse : « Le Parti québécois ne prend pas un engagement de réaliser l’indépendance ».

Le PQ, explique-t-il, s’engage à ne pas faire de référendum dans un premier mandat, mais le ferait plutôt dans le mandat suivant. « On a bien de la misère à croire ça, soutient le chef d’ON. Si le PQ estime que l’indépendance n’est pas assez populaire, rien d’indique qu’ils vont s’estimer en meilleure position plus tard, surtout que leur message et leur attitude fait descendre l’appui à l’indépendance. Ils envoient le message que l’indépendance, ce n’est pas nécessaire, ce n’est pas important, comment voulez-vous que les gens trouvent que c’est nécessaire si eux ne le font pas ? »

La candidate aux dernières élections et représentante de la circonscription de Portneuf au sein de l’exécutif de la Capitale-Nationale, la Sergentoise Stéphanie Grimard, était évidemment présente à cet événement. Elle est en période de réflexion à savoir si elle se présentera en 2018.

sol_zanetti

Sol Zanetti en pleine entrevue

sol_zanetti2

La représentante de Portneuf à l’exécutif de la Capitale-Nationale, Stéphanie Grimard, en compagnie du chef d’Option nationale Sol Zanetti