Gino Carrier crée une murale pour Jean Denis Ltée

Elle s’appelle tout simplement la murale Jean Denis Ltée. Cette oeuvre monumentale porte la signature de l’artiste peintre Gino Carrier. Elle orne désormais l’un des murs de la quincaillerie Jean Denis Ltée Home Hardware du centre-ville.

Très impressionnant de voir cette oeuvre gigantesque au caractère pastoral, à travers laquelle on reconnaît le style et les thèmes chers à cet artiste.

« Je voulais quelque chose qui montre notre histoire, à travers un village d’antan du Québec. C’est un clin d’oeil à nos racines », explique la copropriétaire Sophie Denis, qui a commandé cette oeuvre à Gino Carrier.

Disons-le, la peinture ne représente pas Saint-Raymond comme tel. Mais tous ses éléments sont d’inspiration bucolique et ses scènes auraient très bien pu se passer chez nous.

C’est exactement ce à quoi s’attendait Mme Denis avec cette oeuvre de 24 pieds de cet artiste notamment connu pour ses Images amérindiennes. « Je suis contente, dit Sophie Denis, il a vraiment compris ce que je voulais ».

Sophie Denis voulait une oeuvre sur le modèle des immenses tableaux multi scéniques qui ornent les murs de certains édifices du Vieux-Québec.

La murale de style académique présentant plus d’une trentaine de personnages se compose de trois tableaux assemblés côte à côte, mais qui n’en font qu’un seul. La partie de gauche est une scène de paysage, celle du centre une petite rue de village, et celle de droite le magasin Jean Denis, évidemment sous forme symbolisée dans l’esprit du tableau.

« Le camion est un clin d’oeil au camion de Philippe (Moisan), mais plus 1930 », exprime Gino Carrier.

On y retrouve nombre de références historiques inspirées de photos de la Société du patrimoine, comme le train du lac Saint-Jean par exemple.

« Pour Sophie, ce qui était important était la notion de service, depuis le tout début du magasin jusqu’à aujourd’hui. Elle voulait aussi que les gens de passage puissent se dire que c’était comme ça dans le bon vieux temps », explique l’artiste, qui rajoute que « ça rejoint un peu mon dada pour le patrimoine matériel et immatériel, et le 175e aussi quelque part ».

En effet, l’inscription sur l’église indique l’année de fondation de 1842. Encore bien d’autres symboles et subtilités sont à découvrir dans cette toile, que le public aura l’occasion d’admirer dans ce magasin du centre-ville.

murale_jean_denis2