« Une image vaut mille mots » pour découvrir Luc Plamondon

Même s’il jouit d’une enviable renommée, l’enseignante Nancy Frenette a découvert que la plupart des jeunes n’ont jamais entendu parler de Luc Plamondon. Pour les amener à s’intéresser à ce grand parolier et à son œuvre, elle a eu l’idée de profiter de ses cours d’arts plastiques pour développer « Une image vaut mille mots ».

Avant de parler plus en détails de ce projet artistique, il est intéressant de mentionner que c’est en s’impliquant bénévolement pour la Maison Plamondon que Nancy Frenette a pu apprécier pleinement l’ampleur du travail accompli par Luc Plamondon. Évidemment, elle le connaissait pour ses réalisations les plus célèbres, mais une rencontre avec le plus connu des élèves d’Augustine Plamondon l’a poussée à faire des recherches sur son œuvre. C’est ainsi qu’elle a appris qu’elle est riche de plus de quatre cents chansons.

En se fiant à une liste des plus grands succès de Plamondon et à une autre regroupant ses pièces les plus significatives, Mme Frenette nous a expliqué qu’elle a retenu cent de ses chansons, soit une pour chacun des élèves de l’école secondaire Louis-Jobin devant participer à « Une image vaut mille mots ». Au hasard, chacun d’eux a eu à piger le titre d’une pièce, à l’écouter et à en étudier les paroles. Ensuite, ils ont été invités à s’en inspirer pour créer un collage à la manière de Loui Jover. Sur un morceau de « masonite » ayant les mêmes dimensions qu’une pochette de 33 tours, vinyle dont plusieurs jeunes ignoraient l’existence, précisons que tous ont collé des bouts de partition et de texte. Sur leurs montages respectifs, ils devront peindre en noir la silhouette de ce que leur inspirent les mots de Plamondon.

En plus d’être une belle occasion pour Nancy Frenette et sa collègue Andréa Genois d’enseigner diverses notions liées aux arts plastiques, « Une image vaut mille mots » les a vues parler du travail des auteurs, des compositeurs et des interprètes. Le droit d’auteur, les démarches artistiques et les comédies musicales ont aussi fait l’objet d’échanges avec les élèves. En entrevue, soulignons que Mme Frenette a également insisté sur le fait que ce projet a permis aux jeunes de découvrir que la persévérance peut mener bien loin. Alors qu’il était encore un enfant et qu’il vivait à Saint-Raymond, soit sa ville natale, Luc Plamondon voulait écrire des chansons. En croyant à son rêve, il est devenu le prolifique parolier qu’une centaine d’élèves de Louis-Jobin ont découvert avec intérêt.

Parlant de découverte, les adolescents impliqués dans « Une image vaut mille mots » en feront une belle alors qu’ils seront invités à visiter la Maison Plamondon. C’est là que Luc Plamondon a appris à jouer du piano et c’est aussi là que soixante-quinze de leurs collages seront exposés cet été. Pourquoi soixante-quinze? C’est simplement le nombre de bougies que Plamondon soufflera cette année!

Au final, on comprend que ce projet que Nancy Frenette inscrira au Défi OSEntreprendre a tout pour nourrir le sentiment d’appartenance des participants à Saint-Raymond et à son milieu culturel et patrimonial. Pour en suivre l’évolution, il suffit de se rendre sur la page Facebook Une image vaut mille mots. Une fois qu’elle sera connue, la date du vernissage qui sera fait à l’école y sera notamment dévoilée.

nancy_frenette_luc_plamondon

Luc Plamondon et Nancy Frenette posent devant la Maison Plamondon. C’est là qu’on pourra visiter l’exposition « Une image vaut mille mots ». (Photo : Denis Baribault)