Un budget de 14 M $

Lors de la présentation du budget 2017 de Pont-Rouge, laquelle a eu lieu le 19 décembre dernier, le maire Ghislain Langlais a d’emblée lancé que sa ville « est en pleine santé financière ». Les citoyens qui se sont déplacés pour l’entendre ont également appris que leur municipalité comptera cette année sur un budget de fonctionnement de 14 M $. En 2016, il était de 13,2 M $.

En ce qui a trait aux revenus, ils proviendront principalement des taxes (77,6 % des revenus de fonctionnement). La Ville prévoit ainsi encaisser 10 M $ et financer une large part de ses dépenses. Parlant de ces dernières, elles devraient s’élever à 14 M $. La part du lion ira aux loisirs et à la culture (3,3 M $), à l’hygiène du milieu (2,6 M $), au transport (2,5 M $) et à l’administration générale (2,5 M $).

Au sujet de la taxation évoquée plus haut, il importe de préciser que « la Ville a pris l’initiative d’abaisser le taux initialement prévu ». Cette décision a notamment été prise afin de « minimiser l’impact du nouveau rôle d’évaluation sur le compte de taxes » des contribuables. Alors qu’elle était de 196 099 $ l’an dernier, voilà que la valeur moyenne d’une propriété résidentielle à Pont-Rouge est désormais de 213 342 $. « En conséquence, lit-on dans le budget, le taux de taxes, qui comprend le taux de taxation foncière et celui de la Sûreté du Québec et qui exclue les tarifications de services, diminue de globalement de 6 % de 2016 à 2017 ».

À titre d’exemple, sachez que pour une résidence de valeur moyenne raccordée aux réseaux publics d’eau et d’égout et non sujette à une taxe de secteur, le propriétaire paiera 1 540 $ en taxes foncières (hausse de 46 $) et 254 $ en taxes à la Sûreté du Québec (baisse de 7 $). Alors que les frais d’aqueduc ont été fixés à 210 $ (hausse de 10 $), ceux liés à l’égout sont stables à 225 $. À cela, il faut ajouter que les frais d’ordures et collectes ont connu une légère baisse, passant de 154 $ à 152 $. Au total, le compte de taxes, toujours pour une résidence de valeur moyenne, sera de 2 381 $ (2 334 $ en 2016). Cette hausse moyenne de 47 $, nous a fait savoir Pierre Gignac, directeur général de Pont-Rouge, n’aurait été que de 8 $ si la valeur des propriétés résidentielles de la ville n’avait pas connu une si grande augmentation. Grâce aux efforts qui ont été déployés, a commenté le maire, la hausse moyenne des comptes de taxes est équivalente à celui du niveau de l’inflation.

Un autre pan important du budget pont-rougeois est certainement le budget d’investissement. Pour les années 2017-2018-2019, le Programme triennal d’immobilisations propose des investissements totalisant plus de 16,8 M $. En 2017 seulement, il est prévu que 11,6 M $ seront ainsi investis par la Ville. De cette somme, près de 7,2 M $ proviendront de contributions externes. La Ville financera le montant résiduel de 4,4 M $ grâce à des emprunts ou ses réserves.

Cette année, précisons que les grands projets d’immobilisations de Pont-Rouge auront trait à la mise aux normes du bâtiment municipal à vocation culturelle et communautaire (ancien Couvent des sœurs de la Charité), la sécurité publique (améliorations locatives au poste de commandement et achat d’équipements), à la voirie (travaux de réfection, plan d’intervention en infrastructures routières locales et mise aux normes du garage municipal), l’hygiène du milieu (plans et devis, travaux et achat d’équipements pour la source d’eau potable Paquet) et les activités récréatives et culturelles (aménagement de sentiers et de parcs, isolation de la toiture de l’aréna et améliorations au bâtiment érigé sur le terrain de soccer de la rue Pleau).

Selon le maire Ghislain Langlais, le budget 2017 « respecte la capacité de payer des contribuables » et permet à Pont-Rouge de préserver sa « situation financière enviable dans la région ». Au cours de son allocution, on retiendra également qu’il a invité ses concitoyens à participer aux activités qui, tout au long de l’année, seront tenues dans le cadre du 150e anniversaire de la ville.