Fondation et comité santé font le point

Du jamais vu dans Portneuf. Près de 1,4 million de dollars recueillis dans le cadre de la campagne majeure de financement tenue par la Fondation des services santé et sociaux de Portneuf au cours des cinq dernières années.

Dès le début de son allocution dans le cadre de la conférence de presse du 14 décembre au Centre multifonctionnel, « c’est avec fierté » que le président Mario Alain a remercié les généreux donateurs de cette campagne.

Au début, explique M. Alain, la campagne était surtout pour garder le lien avec ses donateurs. Mais signe des temps, il fallait donner un but plus précis à cette campagne, « sinon on s’en allait dans le mur », dit M. Alain.

Au début 2013, la Fondation s’est repositionnée en collaboration avec l’ancien CSSS de Portneuf, avec lequel des projets ont été ciblés. En 2015, la structure de la santé a changé, avec la création des centres intégrés dont le Centre intégré universitaire de santé et services sociaux, soit le CIUSSS de la Capitale-Nationale.

À ce moment, les projets mis de l’avant avec l’ancienne agence de la santé ont été mis en suspens. En raison de la très bonne collaboration avec le CIUSSS, les craintes se sont estompées, avoue Mario Alain, avant de céder la parole.

C’est ensuite le maire Daniel Dion qui est venu parler au nom du Comité de citoyens pour la sauvegarde des soins de santé dans Portneuf devant les nombreux invités (membres du c.a., donateurs, membres du comité, etc.) de cet événement conjoint tenu à l’invitation de la Fondation et du comité de citoyen.

Le porte-parole du comité a parcouru l’historique des résultats obtenus depuis le 8 mars dernier, alors que le d.g. du CIUSSS Michel Delamarre venait faire le point sur la situation des soins de santé dans Portneuf. « À ce moment, dit Daniel Dion, il était clair qu’il n’y avait rien de prévu pour améliorer les soins de santé dans Portneuf ».

Suite à une réunion (le 12 avril) avec les gens de la Fondation, ces derniers ont exprimé leur inquiétude en regard des sommes qu’ils avaient à investir pour acquérir des équipements spécialisés pour les soins de santé.

« De mon côté, dit M. Dion, je recevais beaucoup de plaintes des gens sur la dégradation des soins de santé et le manque de soins de proximité dans Portneuf. Ça a été la bougie d’allumage de cette aventure ».

Un comité s’est formé et s’est réuni le 22 avril en vue d’établir un plan d’action. Une pétition régionale a été lancée. La pétition a recueilli plus de 20 000 signatures, soit plus de la moitié de la population adulte.

À ce moment, le mouvement citoyen basait ses revendications sur ce qui était ressorti d’une étude comparative du temps du CSSS, et qui comparait Portneuf à Montmagny, Kamouraska, Magog, Sept-Îles, toutes des régions qui vivent des réalités semblables. Ladite étude était endossée par l’Agence de santé de la Capitale-Nationale.

L’étude démontre que Portneuf est nettement défavorisé par rapport aux autres régions du Québec. Le recommandations allaient dans le sens de l’implantation d’une clinique de chimiothérapie ambulatoire de huit places, d’un point de service permanent de six places pour l’hémodialyse, de quatre places pour la médecine de jour, d’un taco permettant 6 000 examens par année, d’une unité de gériatrie courte durée de 28 lits, qui comblait le 3e étage vacant depuis huit ans et nécessitait un agrandissement de l’hôpital.

Il ne manquait que la volonté politique pour le réaliser « C’est là qu’on en était avec le CSSS », dit M. Dion.

Les 18 maires et le comité de citoyen ont fait front commun, et le député Michel Matte est embarqué dans le mouvement.

« Le CIUSSS a commencé à reconnaître que nos revendications étaient fondées, et que les soins de santé et de proximité dans Portneuf faisaient réellement défaut », ajoute M. Dion.

Le 5 mai, le ministre Barrette et la direction du CIUSSS ont participé à une rencontre avec cinq membres du comité de citoyens, en présence du député. « Ils nous ont écoutés et ont constaté que nous avions de sérieux problèmes, plus particulièrement pour nos soins de santé de première ligne et les couvertures de médecins sur le territoire de Portneuf ».

Dépôt de la pétition, discours de Michel Matte à l’Assemblée nationale et conférences de presse ont eu lieu. « Ce fut un électrochoc pour le CIUSSS, surtout venant d’une population qui ne se plaint jamais ».

Les bonnes nouvelles se sont en suite succédées. Dix à treize lits de courte durée, médecine de jour, hémodialyse, et plus de cardiologie. Le 22 novembre, le ministre Barrette venait annoncer que Portneuf est désormais divisé en deux territoires, sud-est et nord-ouest. Trois nouveaux médecins ont été attribués au territoire nord-ouest.

Il ne reste donc que la chimiothérapie et le tomodensitomètre taco à obtenir pour la région de Portneuf. « Ce n’est pas un luxe, dit M. Dion, ça fait longtemps que le gens de Portneuf en sont injustement privés. Alors qu’on investit 250 millions à La Malbaie et 60 millions à Baie-Saint-Paul pour une population de 29 700, on demande un maigre cinq millions dans Portneuf pour une population de 52 200. C’est moins de 2 % de ce qui a été investi dans Charlevoix ».

Le comité de citoyens entend rester le chien de garde en regard des développements annoncés. Il restera notamment à faire changer d’idée le ministre Barrette, qui jusqu’ici s’oppose à l’idée d’un taco dans Portneuf.

Mais pour le député Michel Matte, il y a toujours un momentum en politique. «C’est un dossier qui ne sera pas facile, déclare-t-il, j’y crois, mais je ne peux pas vous dire quand. Je ne le promets pas pour 2017, mais je promets de travailler pour l’avoir ».

À ce sujet, revenons sur les dons à la Fondation aux fins spécifiques d’acquisition d’un tomodensitomètre pour Portneuf. Cet argent ne peut être utilisé à une autre fin tant que le dossier n’est pas clos. Si le dossier n’aboutissait pas, il faudrait alors consulter l’ensemble des donateurs pour décider de l’utilisation de cette somme.

sante_sauvegarde_fondation

C’est à titre de porte-parole du comité santé que le maire Daniel Dion a parlé, accompagné du président de la Fondation des services santé et sociaux de Portneuf, Mario Alain, du député Michel Matte, et du président du GMF (Groupe de médecine familiale) de Portneuf, Dr Gilles Hamel.

Météo Portneuf