Bouge Don : Du Mont-Laura au Kilimandjaro

Alors que c’est dans les sentiers du Mont-Laura qu’a été lancée la troisième édition du Bouge Don, sachez que c’est dans ceux de la plus haute montagne d’Afrique qu’elle prendra fin. À ce moment, la présidente de l’Organisme diabète juvénile Saint-Raymond (ODJSR) Karolyne Cauchon et son père Daniel Cauchon se dépasseront au profit de la recherche sur le diabète juvénile.

En 2014 et 2015, rappelons que le Bouge Don, une activité mise sur pied par l’ODJSR, a vu de nombreuses personnes marcher et courir au Mont-Laura. Toutes avaient pour objectif de contribuer au financement de la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile et de donner les outils nécessaires à ceux qui tentent de « trouver un traitement qui enrayera cette terrible maladie ».

Cette année, en plus d’être invités à courir et marcher pour assurer le succès du Bouge Don, les intéressés ont pu prendre part à un souper-bénéfice. À cela, vient-on apprendre, il faut ajouter un autre volet qui devrait permettre à Mme Cauchon d’atteindre trois sommets. En plus de vouloir se rendre au faîte du Kilimandjaro en compagnie de son père, elle compte bien faire une récolte annuelle record dans le cadre du Bouge Don. Elle veut aussi contribuer à la guérison des enfants qui vivent avec le diabète juvénile, ce qui représente, pour elle, un autre sommet.

En entrevue, la présidente de l’ODJSR nous a confié qu’elle rêve depuis longtemps de compléter l’ascension du Kilimandjaro. Quand elle a été informée que le Fondation de la recherche sur le diabète juvénile y organisait une expédition-bénéfice, elle n’a pas hésité à faire d’une pierre deux coups et à s’y inscrire. C’est ainsi que du 14 au 27 janvier 2017, l’aventure qui a débuté en sol raymondois, au mois de septembre dernier, se poursuivra en Tanzanie.

Comme Karolyne et Daniel Cauchon s’attendent à ce que le Kilimandjaro leur donne du fil à retordre, on ne peut que se réjouir du fait qu’ils compteront alors sur une double motivation pour atteindre leur objectif. En plus de le faire pour la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile et la cause qu’elle appuie, des raisons personnelles promettent de les aider. Alors que Karolyne le fera pour ses filles (l’une d’elles vit avec le diabète de type 1), Daniel entend se dépasser pour ses petites-filles et sa santé.

L’occasion s’y prêtant bien, profitons-en pour parler du diabète juvénile qu’on nomme également diabète de type 1. « C’est une maladie auto-immune, nous a rappelé Mme Cauchon, qui se manifeste parce que le pancréas cesse de produire de l’insuline ». Ce type de diabète « frappe subitement les enfants et les adultes à tous les âges » et « entraîne une dépendance à l’insuline pour la vie ». De plus, celle qui est très bien placée pour en parler a insisté sur le fait que cette maladie « place les personnes qui en sont atteintes sous la menace constante de complications dévastatrices ».

Jusqu’à ce jour, le Bouge Don a permis aux organisateurs de récolter plus de 36 000 $. Cela fait évidemment la fierté de Karolyne Cauchon qui, avec son équipe, prendra une pause bien méritée l’an prochain. Il n’y aura effectivement pas de Bouge Don en 2017. L’avenir nous dira ensuite ce qui adviendra des activités de l’Organisme diabète juvénile Saint-Raymond.

En terminant, il importe de souligner que le Bouge Don ne serait pas le même sans la générosité du Club Lions de Saint-Raymond, de la Ville de Saint-Raymond, des commanditaires, des participants, des bénévoles et du comité organisateur. Soulignons également qu’on peut toujours contribuer au succès de la troisième édition du Bouge Don en faisant un don en ligne au www.bougedon.com.

karolyne_daniel_cauchon_novembre2016_2

Karolyne Cauchon et son père Daniel Cauchon graviront le Kilimandjaro au profit de la recherche sur le diabète juvénile.

Météo Portneuf