Problème des urgences et de la répartition des médecins : Michel Matte voudrait diviser Portneuf en deux sous-territoires

Lors du point de presse du 21 octobre dernier à Saint-Marc-des-Carrière, le député Michel Matte accompagné du Dr Gilles Hamel, directeur des services professionnels et hospitaliers, a exposé trois hypothèses de travail pour régler le problème des services de santé dans Portneuf.

La première solution serait de revoir l’affectation des médecins, mais comme ces derniers sont des travailleurs autonomes, ils ont droit de s’établir là où ils le veulent bien sur un territoire donné, par exemple celui de Portneuf.

Il est donc parfaitement normal que les médecins choisissent de s’établir à proximité des grands centres, où les populations sont en croissance, notamment le long du fleuve et à Pont-Rouge. Cet état de fait joue en défaveur de l’ouest et du nord portneuvois.

La mise en place d’activités médicales particulières (AMP) est la seconde solution. Les médecins de famille ayant moins de 15 années de pratique sont assujettis à 12 heures d’AMP par semaine, et le service en salle d’urgence de même que la prise en charge de patients (rappelons que quelque 15 % n’ont pas de médecin de famille) sont au nombre de ces activités médicales particulières.

Enfin, le scénario que privilégient MM. Matte et Hamel en point de presse, est celui de la division du territoire de Portneuf en deux sous-territoires. Au lieu d’être affecté au territoire de Portneuf, un médecin serait plutôt affecté à l’un de ses deux sous-territoire, une mesure qui pourrait rétabir l’équilibre quant à la présence de médecins dans une région aussi étendue que la nôtre.

Les sous-régions proposées sont le Sud-Est, soit Cap-Santé, Neuville, Donnacona, Pont-Rouge, Saint-Basile; et le Nord-Ouest, soit les 13 autres municipalités. Chacun de ces deux sous-territoires compterait environ 26 000 personnes, et serait donc doté à échéance, d’un nombre équivalent de médecins.

Actuellement, des 35 médecins que compte le comté de Portneuf, environ 25 sont dans le Sud-Est et environ 12 dans le Nord-Ouest. Selon le Dr Hamel, on ne peut pas blâmer les médecins de s’installer dans des milieux comme Donnacona ou Pont-Rouge.

« Mais si la distribution ne se fait pas de façon naturelle, dit-il, il faut des actions, et des lignes tirées afin de combler les besoins ».

Rappelons qu’en vertu du Plan régional d’effectifs médicaux, Portneuf a droit à trois nouveaux médecins annuellement dont un nouveau facturant, soit un médecin qui débute la pratique professionnelle de la médecine.

Mais les désirs sont plus grands, si on veut faire en sorte de combler les besoins, notamment, du service d’urgence de Saint-Marc-des-Carrières. On doit également tenir compte du fait que la population ouest-portneuvoise est de plus en plus vieillissante.

« Les absences de couverture, ça me déchire », clame le Dr Hamel. Ce dernier précise par ailleurs que les trois infirmières spécialisées du territoire ne peuvent pas travailler à l’urgence sans la présence d’un médecin.

« Je suis convaincu que nous trouverons des solutions rapides et durables; mon but est que nous recevions notre juste part en matière de santé », concluait le député Michel Matte.

gilles_hamel_michel_matte