Bien vieillir chez soi : rêve ou réalité ? Nos inquiétudes face au vieillissement

La MRC de Portneuf comptait 9 185 personnes âgées de 65 ans et plus en 2011, ce qui représentait 18,7 % de sa population. La projection pour 2031 estime que ce nombre sera de 17 276, ce qui représentera alors 32 % de la population portneuvoise.

La question qui se pose : alors que nous n’arrivons pas à répondre aux besoins des aînés à l’heure actuelle, y arriverons-nous davantage dans dix ans ou même dans cinq ans ?

C’est sur ce problème que planche la Table de concertation des aînés de Portneuf (TCAP), notamment avec son étude réalisée à l’automne 2015 et présentée à la presse ce matin, sous le titre : Bien vieillir chez soi dans Portneuf : un rêve ou une réalité ? »

Via cette étude, aînés et intervenants font part de leurs inquiétudes face au vieillissement de la population et aux besoins des aînés relativement à l’offre de services actuelle et à la perspective de demeurer chez soi le plus longtemps possible.

Les sept grands constats qui y sont formulés touchent les domaines de l’alimentation, des finances, du transport, des services de santé et d’aide à la vie quotidienne, de la sécurité, maltraitance et abus, de l’habitation, et de l’information.

Sur le sujet de l’alimentation, difficultés d’accès à des services de livraison et à des repas selon les besoins sont perçus comme le principal problème.

On constate une planification financière déficiente avec impact sur l’utilisation des services à domicile pour les aînés, de même qu’un manque de connaissance des programmes d’aide financière auxquels ils ont droit, en plus des difficultés à remplir les formulaires demandés.

Le problème des transports concerne les besoins médicaux, non médicaux et adaptés. Les membres de la famille peuvent être trop éloignés, les bénévoles transporteurs difficiles à recruter et souvent mal formés pour jouer le rôle d’accompagnateurs. S’ajoute à ce problème, surtout pour les personnes à mobilité réduite, l’absence d’une aide à l’arrivée dans le stationnement des hôpitaux et cliniques de santé.

Ce qui a pour effet d’en décourager bon nombre qui en ont « ras le pompon » selon le terme utilisé par le président de la TCAP Michel Fleury, et qui abandonnent leurs rendez-vous.

Système téléphonique difficile d’utilisation et accès limité à des services spécialisés (il faut se rendre dans les grands centres) sont les problèmes évoqués au niveau des soins de santé et d’aide à la vie quotidienne. La difficulté d’avoir la visite à domicile d’un médecin ou du personnel soignant, en plus d’un manque de compassion et d’écoute dans le réseau public s’ajoutent à la problématique.

Les aînés peuvent être isolés, vulnérables et difficiles à rejoindre, ou encore victimes de violence ou d’exploitation financière souvent de la part des proches. Ce qui constitue un autre ensemble de difficultés potentielles qui mériterait un réseau d’entraide communautaire, précise M. Fleury.

Au chapitre de l’habitation, les tâches d’entretien tant intérieures qu’extérieures se font plus lourdes et l’accès à des services de menus travaux est difficile. Surtout lorsqu’ils en ont les moyens, les aînés quittent leur domicile pour une résidence, s’assurant ainsi soins infirmiers, vie sociale, loisirs et sécurité.

Enfin, l’information constitue également un problème et rejoindre les aînés s’avère souvent un défi en soi, puisque ces derniers lisent moins et peuvent souffrir d’un manque d’alphabétisation.

Des actions concrètes sont en cours, dont le Réseau d’aide aux aînés et soutien à l’action bénévole pour lequel la TCAP a obtenu 118 000 $ de Québec amis des aînés grâce à la collaboration de l’organisme Accès Travail Portneuf. Ce qui a donné naissance au projet pilote « Réseaux d’aide aux aînés dans Portneuf » mené dans neuf municipalités avec objectif de développer des services et soutenir les organismes dans le recrutement et la gestion de bénévoles.

Notons ici qu’on peut joindre la coordonnatrice de ce projet pilote, Jacynthe Drolet, au 418 873-0059 ou au courriel tableainesportneuf.outlook.com.

L’ITMAV, ou initiative de travail de milieu auprès des aînés vulnérables est une autre de ces actions concrètes mise en place en janvier dernier. Le but est d’interagir auprès des aînés isolés et d’offrir des réponses adaptées à leurs besoins, surtout dans les secteurs Saint-Raymond et Saint-Léonard. Les travailleurs  de milieu Vanessa Richer (418 284-2693) et Vincent Hardy (418 609-0974) y mettent sur pied un réseau d’aide impliquant les intervenants privés et publics.

Enfin, on a créé des moyens de communication plus efficaces : réseau de relayeurs, bulletin Le Relayeur, site web (ainesportneuf.com) et lien Facebook.

Consulter le rapport Bien vieillir chez soi dans Portneuf : un rêve ou une réalité ?

tcap_conf-presse_161005-1

Le président de la TCAP Michel Fleury, et la coordonnatrice du projet « Réseaux d’aide aux aînés dans Portneuf » Jacynthe Drolet