Des Philippins s’installent à Saint-Raymond

Entre l’arrivée de Teresita Aquino en sol raymondois et celle de son mari et de ses enfants, sept longues années se sont écoulées. Tous les membres de cette famille des Philippines ont donc eu à faire preuve de courage et à s’armer de patience pour atteindre leur but ultime, soit celui de s’établir au Canada.

Bien que son mari Joe et elle travaillaient tous deux pour une banque, nous a expliqué Teresita, l’argent qu’ils gagnaient aux Philippines n’allait pas leur permettre de payer des études universitaires à leurs trois enfants. Pour que ce souhait devienne réalité et pour que Julius, Paul et Bianca aient une meilleure qualité de vie, elle s’est inscrite comme « nanny » à l’agence International Nannies & Homecare.

Pour leur part, c’est afin de trouver une nourrice qui serait prête à demeurer chez eux que les entrepreneurs Guy-Anne Paquet et Christian Giguère ont fait appel à cette agence de placement qui offre un programme d’immigration. En entrevue, soulignons que c’est après avoir entendu Teresita lui dire « si tu me choisis, je gagne le gros lot pour ma famille » que Guy-Anne a décidé de retenir ses services et de lui offrir, comme il le fallait, du travail à temps plein pour au moins deux ans. Au terme cette période, les démarches qui allaient permettra à Teresita et à sa famille de devenir résidents permanents du Canada devaient s’étendre sur dix-huit mois. Finalement, il en aura fallu une cinquantaine pour que son mari et ses enfants puissent venir la rejoindre. Entre juin 2009 et juillet dernier, celle dont la détermination et l’espoir sont visiblement inébranlables n’a pu les voir qu’à trois reprises. Vous comprendrez que tous sont aujourd’hui heureux d’être réunis sous un même toit, soit celui de l’appartement qu’ils occupent depuis peu sur la rue Saint-Cyrille.

Comme deux des trois enfants de Guy-Anne Paquet et Christian Giguère sont désormais inscrits à un programme de sport-études et qu’ils vivent à l’extérieur de leur maison la semaine, le couple n’a plus autant besoin de l’aide de Teresita Aquino. Voilà pourquoi cette dernière a trouvé un autre travail à la résidence l’Estacade de Saint-Raymond. Pour leur part, son mari Joe et ses trois enfants, dont la langue maternelle est le tagalog, sont inscrits à un programme de francisation. Tous parlent déjà anglais, mais il va sans dire que c’est en apprenant le français qu’ils arriveront, eux aussi, à décrocher un emploi dans notre coin de pays. Précisons que Joe voudrait faire du travail de bureau ou être employé par une usine, que Bianca (17 ans) voudrait garder des enfants, que Paul (20 ans) est prêt à prendre soin de personnes âgées et que Julius (21 ans) aimerait donner des cours de piano, de guitare ou de violon.

Au sujet des enfants de Teresita et Joe Aquino, il est intéressant de mentionner que Bianca souhaite étudier le droit. Paul, lui, a débuté des études en médecine aux Philippines. Il y retournera d’ailleurs pour compléter ce qu’ils appellent là-bas la prémédecine. Il pourra se spécialiser ensuite. Quant à Julius, qui veut devenir prêtre, il retournera aussi dans son pays d’origine afin d’étudier la philosophie. Une fois cette importante étape complétée, toute la famille Aquino sera de nouveau réunie au Québec.

Faut-il insister, Teresita Aquino a attendu très longtemps et a fait bien des sacrifices avant que les siens puissent venir la rejoindre. Questionnée à ce sujet, elle nous a répondu que ça a valu la peine et qu’elle conseillerait certainement à d’autres personnes de faire ce qu’elle a fait. Si sa foi lui a permis de garder espoir, nous a-t-elle confié, l’aide reçue des familles Paquet et Giguère a aussi fait la différence. Elle les remercie d’ailleurs de l’avoir traitée comme une des leurs et se dit très reconnaissante de tout ce qu’elles ont fait pour assurer la venue de sa propre famille au pays. Mme Aquino souhaite également remercier ses amis et tous les Raymondois pour leur amour et l’aide qui lui a notamment été offerte lors de son déménagement.

Évidemment, Guy-Anne Paquet invite tous les citoyens de Saint-Raymond à saluer et à échanger avec les membres de la famille Aquino. Ceux qui ont envie de leur donner un coup de pouce sont invités à leur offrir des vêtements chauds pour l’hiver (manteaux, foulards, gants…). Vous leur viendrez aussi en aide en leur offrant de les transporter en auto. Pour entrer en contact avec ces nouveaux arrivants que tous gagneront à connaître, il suffit d’envoyer un message à l’adresse tess68_aquino@yahoo.com.ph.

En terminant, sachez que Teresita, Joe, Bianca, Paul et Julius Aquino apprécient la tranquillité de Saint-Raymond. Comme ils viennent d’une ville de près de 100 000 habitants, on les comprendra de trouver que leur terre d’accueil est paisible et moins bruyante. Si on devine que le froid de l’hiver saura les marquer d’ici peu, mentionnons qu’ils sont actuellement impressionnés par la discipline dont font preuve les automobilistes.

philippines_septembre2016_2

À l’aéroport, la famille Aquino a été accueillie par celle de Guy-Anne Paquet et Christian Giguère.

philippines_septembre2016_1

Teresita et Joe Aquino sont entourés de leurs enfants Paul, Bianca et Julius.