Un bel été pour la forêt nourricière de Saint-Raymond

Il y a près d’un an et demi, c’est avec enthousiasme qu’une poignée de citoyens ont jeté les bases de la forêt nourricière de Saint-Raymond. Grâce à eux de même qu’aux généreux partenaires et bénévoles qui leur ont prêté main forte depuis, le rêve un peu fou d’aménager un parc où pousseraient de nombreux arbres et arbustes fruitiers de même que divers végétaux comestibles est devenu réalité.

Située près du débarcadère de la rue Saint-Hubert et du parc riverain de la rivière Sainte-Anne, la forêt nourricière de Saint-Raymond est certainement un lieu à découvrir. Comme elle a fait l’objet de multiples plantations, plusieurs délices y poussent déjà. Entre autres, les visiteurs qui s’y sont rendus cet été ont pu déguster gratuitement (oui, oui!) des pommes, des fraises, des framboises, de la rhubarbe, des amélanches, de la ciboulette et bien d’autres choses encore. Sachez que les topinambours sont sur le point d’être prêts et que quand le temps aura fait son œuvre, cette liste s’allongera. Vous pourrez notamment récolter des poires, des raisins, des kiwis et des baies d’argousier au cours des prochaines années.

Alors que la forêt nourricière de Saint-Raymond célébrait son premier anniversaire, le printemps dernier, il est intéressant de souligner qu’elle a eu droit à tout un cadeau. Dans le cadre de leur formation en horticulture, treize élèves du Centre de formation professionnelle Fierbourg ont profité de leur passage dans notre coin de pays pour planter de nombreuses fleurs vivaces sur le site. Leur travail et la générosité des divers partenaires a contribué à l’enrichissement de la forêt. Si le souhait du comité responsable de cette dernière se réalise, une autre activité du même genre sera tenue l’an prochain.

Au chapitre des nouveautés, il faut aussi retenir qu’une pergola a été installée au cœur de la forêt. L’équipe de L’Arc-en-ciel qui l’a fabriquée peut être bien fière, car l’imposante structure de bois qu’on leur doit ajoute à la beauté du site et concrétise encore davantage le merveilleux projet qu’un groupe de passionnés développe pour l’ensemble de la population raymondoise. Ajoutons que les membres de cette équipe ont aussi construit un hôtel à insectes et qu’ils fabriqueront des tonnelles et des bancs. Les visiteurs devraient particulièrement apprécier ces derniers une fois qu’ils auront été installés.

Toujours au cours de l’été, les bénévoles de la forêt nourricière, en plus de veiller à son entretien, ont apporté une attention particulière à l’identification des arbres et des arbustes fruitiers qu’on y retrouve. Pommiers, poiriers et compagnie sont donc désormais faciles à trouver. Pour éviter que des véhicules circulent sur le site, les porteurs de ce projet ont aussi veillé à l’installation d’une clôture à l’entrée sud. Quant à l’entrée nord, soit celle que tous sont invités à emprunter pour accéder au parc, profitons-en pour dire qu’elle fera l’objet d’un bel aménagement l’an prochain. Du coup, les passants devraient être davantage attirés vers les merveilles qui se trouvent à un jet de pierre de là. Des plantations sont également à l’agenda 2017 des responsables.

Faut-il insister, la forêt nourricière de Saint-Raymond a tout pour devenir un lieu de rassemblement aussi riche que paisible. Le temps d’une marche, d’un pique-nique ou d’une sortie éducative, c’est l’endroit où se rendre pour faire le plein de plaisir et de découvertes. Tous sont évidemment invités à en profiter et, si le cœur leur en dit, à donner un coup de pouce lors des corvées. L’envie de se rendre utile suffit alors aux intéressés.

Question de faire connaître la forêt nourricière au plus grand nombre de curieux possible et de recruter de nouveaux bénévoles, l’équipe qui se charge de son développement a participé aux deux premières éditions du Salon nature Portneuf de même qu’à la récente Tournée du bénévolat qui a été faite dans la région. Lors du Festival forestier La Grosse Bûche, qui se déroulera du 23 au 25 septembre, la forêt aura son kiosque dans le village forestier. C’est sans compter qu’elle aura sa fiche dans le guide que publiera bientôt Caroline Dufour-L’Arrivée. Forte de ses diplômes en biologie et en agronomie, elle travaille sur cet ouvrage qui promet d’être fort intéressant dans le cadre de la maîtrise en agroforesterie qu’elle complète actuellement à l’Université Laval.

Pour leur fidélité et leur générosité, soulignons finalement que les responsables de la forêt nourricière tiennent à remercier la Ville de Saint-Raymond, L’Arc-en-ciel, Yhethi Renaturalisation Faune Forêt et FloreSsens. Ils veulent également remercier les bénévoles et les entreprises qui les ont appuyés jusqu’ici. Pour plus de détails sur ce projet citoyen, visitez la page Facebook Forêt nourricière de Saint-Raymond.

foret_nourriciere_saint_raymond2016

La forêt nourricière de Saint-Raymond est située près du débarcadère de la rue Saint-Hubert et du parc riverain de la rivière Sainte-Anne.

Météo Portneuf