René-Jean Pagé brigue la mairie de Lac-Sergent

Si René-Jean Pagé souhaite devenir le premier magistrat de Lac-Sergent, a-t-il fait savoir alors qu’il officialisait son entrée dans la course à la mairie, c’est principalement afin de sortir cette municipalité du « cul-de-sac » dans lequel elle s’est enlisée avec « la délicate question du traitement des eaux usées ».

En entrevue, M. Pagé a admis que « ce n’est pas un dossier facile » et qu’il compte s’y attaquer en misant sur la conciliation, l’union et le dialogue. Voilà pourquoi il veut qu’une table de concertation apolitique soit mise en place « dès le jour 1 après l’élection ». Entre autres, le Comité citoyen pour d’autres solutions au Lac-Sergent, qu’il considère bien sensé, y aurait sa place. Une telle table permettrait « d’établir une vision regroupée de toutes les proposition et d’en étudier leur faisabilité », croit celui qui aimerait bien succéder à Denis Racine.

Comme il soutient que la population sergentoise « ne peut plus se permettre d’attendre les sous du gouvernement pour agir », mais qu’elle ne peut se permettre la construction d’un égout collecteur (ce projet nécessiterait des investissements de 14 M $), René-Jean Pagé est d’avis que plusieurs solutions doivent être envisagées. En fonction du contexte géographique et du contexte d’urbanisation, différentes actions pourraient être prises à court, moyen et plus long terme, estime-t-il. Rappelons que la vétusté de nombreuses installations septiques est à l’origine de la dégradation du lac Sergent.

À maintes reprises, René-Jean Pagé, qui a goûté à la politique en tant que conseiller municipal de Saint-Basile (se 1988 à 1991), a dit vouloir miser sur l’harmonie pour assurer le bon développement de Lac-Sergent. Selon lui, ce sera nécessaire à l’avancement du dossier du traitement des eaux usées et de bien d’autres. Parmi ces autres dossiers sur lesquels il promet de travailler, s’il est élu le 2 octobre prochain, on retiendra une possible municipalisation des chemins privés, un meilleur entretien du réseau routier, une demande de réduction de vitesse sur un tronçon de la route 367 et une révision toponymique ayant pour but d’honorer des athlètes de la municipalité. Déjà, il soutient qu’il sollicitera « très possiblement » un second mandat si ses concitoyens lui en accordent un premier. À ce moment, nous a-t-il dit, il pourrait se présenter avec une équipe de conseillers.

Au sujet de M. Pagé, on retiendra qu’il s’enracine à Lac-Sergent depuis une dizaine d’années et qu’il y vit depuis trois ans. Il vient d’amorcer une semi-retraite, mais est toujours propriétaire de Transport MTL, une entreprise qu’il a lui-même fondée. Il se montre fier d’avoir dirigé l’Office municipal d’habitation de Saint-Basile pendant près de quinze ans et d’avoir été contrôleur financier pour Saint-Basile Transport. Entre autres implications, mentionnons qu’il a été président de l’Union des chambres de commerce de Portneuf, qu’il est toujours président de la Chambre de commerce de l’Est de Portneuf et qu’il a siégé au conseil d’administration du Centre local de développement de Portneuf.

Les électeurs de Lac-Sergent doivent noter que la date du scrutin a été fixée au dimanche 2 octobre. La démission de Denis Racine est à l’origine de l’élection partielle qui verra son successeur être élu jusqu’aux prochaines élections générales municipales de novembre 2017. Jusqu’ici, deux candidatures ont été reçues, soit celles de Jean Paradis et de René-Jean Pagé. Ceux qui souhaitent se joindre à eux dans la course ont jusqu’au 2 septembre pour se manifester.

rene_jean_page_mairie_ls_aout2016

René-Jean Pagé aimerait être le prochain maire de Lac-Sergent.