Diane Lebel et Nathalie Veilleux se préparent à retourner au Costa Rica

 

C’est en 2010 que Diane Lebel et Nathalie Veilleux ont goûté pour la première fois à la solidarité internationale. En compagnie de leur collègue France Rochette, elles avaient alors travaillé dans une école et participé à l’agrandissement d’une clinique de santé au Guatemala. Si elles ont ensuite pris part à des projets semblables dans divers pays d’Amérique du Sud, sachez qu’elles se passionnent pour le Costa Rica et ceux qui l’habitent depuis quelques années. Voilà pourquoi c’est là qu’elles retourneront en octobre prochain.

Pour la petite histoire, il est intéressant de préciser que c’est dans le cadre des activités que chapeaute Casira que Diane Lebel et Nathalie Veilleux ont vécu leurs trois premières semaines de solidarité internationale, il y a six ans de cela. En 2012, Diane et France ont de nouveau misé sur l’encadrement qu’offre cette organisation pour donner un coup de pouce à des citoyens du Sud. Cette fois, elles ont principalement réalisé de travaux manuels au Pérou et au Paraguay, et ce, sur une période de deux mois.

Au retour de cette seconde expérience, nous a expliqué Diane Lebel, l’apprentissage de l’espagnol lui est apparu comme nécessaire. Elle voulait ainsi faire tomber la barrière qui l’avait jusqu’ici empêchée de s’impliquer davantage dans des projets liés au travail social, son domaine d’expertise. Avec sa collègue Nathalie Veilleux, qui n’a pas mis de temps à se laisser convaincre de l’importance de vivre une immersion pour arriver à maîtrise une nouvelle langue, elle s’est donc rendue au Costa Rica en 2012, 2013 et 2014. Comme elles y sont restées pendant deux, trois et quatre semaines respectivement, toujours au même endroit, soit à Tamarindo, elles ont pu tisser des liens avec des Costaricains. C’est en leur parlant de leur envie de développer un projet à saveur sociale dans la région de Guanacaste qu’elles sont arrivées à y réaliser leur rêve.

En janvier 2015, Diane Lebel et Nathalie Veilleux ont effectivement vu leur rêve se concrétiser. Principalement, elles ont concentré leurs actions dans l’école primaire d’El Llanito. Entre autres choses, on retiendra que Diane a alors appuyé le directeur de cet établissement de cinquante-cinq élèves en donnant des cours de français et en venant en venant en aide aux enfants éprouvant des difficultés. Pour sa part, Nathalie a particulièrement aidé l’enseignant de maternelle qui avait bien du pain sur la planche avec l’accueil et l’encadrement des petits sous sa charge. Dès ce moment, les enfants, leurs familles et l’équipe de l’école se sont liés d’amitié avec celles qui sont retournées sur place en janvier dernier. Elles ont évidemment eu droit à un accueil fantastique de la part de ceux avec qui elles ont de nouveau vécu pendant cinq semaines.

Devant le besoin d’agrandissement de l’école et de réfection de la cuisine qui s’y trouve, Mmes Lebel et Veilleux ont rapidement compris qu’elles ne pourraient veiller à la réalisation de tels chantiers seules. C’est alors qu’elles se sont tournées vers Casira, organisation avec qui elles avaient fait leurs premiers pas dans le Sud, afin de voir ce qui pouvait être fait. Rien de moins qu’un projet parallèle à ceux qui chapeaute déjà Serge Poirier au Costa Rica sera créé, ont-elles appris. Ce dernier débutera cet automne et pourrait se poursuivre dès le début de l’année prochaine si les ressources nécessaires sont au rendez-vous. Cette fois, nos deux aventurières passeront quatre semaines à El Llanito et elles seront en charge du bien-être des bénévoles qui, tiennent-elles à spécifier, ne feront pas le travail à la place des citoyens de ce village. Le but est plutôt de les accompagner.

Par altruisme, il importe d’ajouter que Diane Lebel et Nathalie Veilleux amassent actuellement des fonds pour les enfants du Costa Rica. C’est dans ce cadre qu’elles tiendront une journée d’activités au Studio 103, le 24 septembre prochain. Moyennant 20 $, les intéressés pourront prendre part, dès 13h, à un tournoi de washer, à un atelier de danse latino, à une épluchette de maïs (il y aura aussi des hot-dogs) et à une soirée de danse. Pour être de la partie ou avoir plus d’information, contactez les organisatrices au 418 803-2064 (Diane) ou au 418 554-3667 (Nathalie).

En terminant, soulignons que la Ville de Saint-Raymond a accepté de remettre du matériel de soccer usagé pour les jeunes du Costaricains que Diane Lebel et Nathalie Veilleux rencontreront. Si vous avez des vêtements, des ballons et d’autres pièces d’équipement à leur offrir, n’hésitez pas à les appeler. Vous ferez des heureux!

diane_nathalie_aout2016_2

Nathalie Veilleux et Diane Lebel entourent José, leur petit protégé.

diane_nathalie_aout2016_1

La cuisinière, le directeur et des enfants de l’école primaire d’El Llanito.

Météo Portneuf