Entre ciel et terre : Une projection à ne pas manquer pour goûter à la richesse de l’élévation

Avec « Entre ciel et terre », les porteurs de ce projet multidisciplinaire alliant projection vidéo, arts visuels, musique, littérature et danse ont exploré les liens qui unissent l’homme au ciel à travers les âges. Ceux qui se frotteront au fruit de leur travail, lequel sera présenté à la sacristie de l’église de Saint-Raymond, du 10 au 14 août et du 1er au 5 septembre, doivent s’attendre à vivre une expérience fort émouvante.

« Entre ciel et terre », nous a confié Odile Pelletier, alors que l’heure était au fignolage, est né d’une idée qu’elle a eue avec son conjoint Denis Baribault. Cela dit, ce n’est pas seuls qu’ils ont mené à bien sa réalisation; ils ont effectivement invité de multiples artistes à mettre l’épaule à la roue de ce projet qui promet de faire réfléchir le public à tout ce qui peut nous élever dans notre quotidien. Le divin, les navettes spatiales et les étoiles sont du lot!

Parlant des étoiles, ce sont sur elles que les spectateurs poseront d’emblée les yeux alors que débuteront les projections d’« Entre ciel et terre ». Couchés sur des matelas de sols, comme s’ils étaient en train d’observer les perles de lumières que nous offrent si généreusement les nuits sans nuages, les spectateurs devraient tous apprécier les images qui, quinze minutes durant, animeront la voûte de la sacristie. Au fil de la narration faite par Odile Pelletier, tous devraient par ailleurs sentir leur corps et leur esprit gagner lentement en altitude. Ceux qui le souhaitent sont invités à apporter une couverture, un sac de couchage ou une serviette de plage.

Les fervents d’astronomie auront peut-être remarqué que c’est en même temps que les Perséides que sera fait le lancement des projections d’« Entre ciel et terre ». Ce n’est pas un hasard, a-t-on appris, et le choix de la sacristie comme lieu de diffusion est tout aussi réfléchi. Cet espace, bien que magnifique, est méconnu. Heureusement, les curieux pourront l’apprécier sous peu. Il va sans dire que la fabrique a fait preuve d’ouverture pour que ce soit le cas et cela explique pourquoi une partie des profits qui seront réalisés grâce aux contributions volontaires lui sera versée.

Ce projet, qui sera présenté par la LIPS, est notamment devenu possible grâce à l’Entente de développement culturel. Y ont collaboré, en plus d’Odile Pelletier (narration et textes, graphisme) et Denis Baribault (graphisme, montage, mixage et animation), Ghislain Dubé (piano), Mylène Robitaille (chant), Lisa-Anne Paradis (danse), Sandrine Cantin (dessins, graphisme), Marie-Krista Labarre (graphisme) et Gatien Moisan (œuvres d’art).

Finalement, il importe de préciser que les soirs de représentation, quatre projections seront faites. La première débutera à 20h et les autres suivront à 20h30, 21h et 21h30. Chacune d’elles durera quinze minutes et le nombre de places sera limité à une trentaine. Pour réserver les vôtres, ce qui est préférable, manifestez-vous sur la page Facebook Entre ciel et terre. N’oubliez pas d’y préciser la date et l’heure qui vous intéressent. C’est à ne pas manquer!

entre_ciel_terre

Entre ciel est terre explore les liens qui unissent l’homme au ciel à travers les âges.

Météo Portneuf