La France accueillera l’auteure Claudine Paquet en résidence d’écriture à Bordeaux

C’est avec le projet d’écriture du troisième tome d’une saga sur le thème de l’intégration des nouveaux arrivants que l’écrivaine Claudine Paquet a été choisie pour participer à la Résidence d’écriture en littérature-jeunesse « Québec-Aquitaine » qui se tiendra en octobre prochain à Bordeaux. Nouvelliste, auteure de littérature jeunesse et romancière titulaire d’une maîtrise en littérature québécoise qui lui a valu une mention d’excellence à l’Université Laval, Claudine Paquet s’est dite honorée et très motivée par la perspective de vivre cette expérience humaine et littéraire, alors qu’elle prenait part à la journée des écrivains organisée par la Bibliothèque Auguste-Honoré-Gosselin de Pont-Rouge, samedi dernier.

Comptant pas moins de 16 œuvres littéraires s’adressant à des publics variés, mais qui trahissent son intérêt pour la jeunesse, Claudine Paquet écrit depuis maintenant une quinzaine d’années sur des sujets qui lui tiennent à cœur et son talent fut, à cet égard,  mainte fois reconnu.  Par exemple, en 2005, l’écrivaine remporta le 3e prix du concours de la Fédération québécoise de loisir littéraire.  En 2012, elle fut finaliste pour le Gala/Personnalité de Saint-Raymond de Portneuf dans le volet culturel. De plus, elle fit partie des dix finalistes pour le Prix de la Nouvelle de Radio-Canada 2012 et y remporta le Prix du public. En 2014, elle fut encore de la liste préliminaire de ce même concours.  C’est donc forte d’une feuille de route impressionnante que Claudine Paquet prend le chemin de la France à l’automne.

La résidence bordelaise, d’une durée de deux mois, lui permettra l’amorce de l’écriture de la  suite d’une trilogie, initiée par Je n’ai jamais vu un Noir aussi noir, puis la suite, Hubert au pays des mille collines.  Elle y  traitera de l’adoption d’une jeune Rwandaise au Québec.  «Mes lectures antérieures sur le génocide au Rwanda m’ont touchée profondément et depuis, mon intérêt pour le sujet, ainsi que pour la tolérance et la différence,  s’est toujours maintenu.  Je crois aussi que dans le contexte actuel, l’intégration des nouveaux arrivants constitue une préoccupation pertinente», confie Claudine Paquet, non sans reconnaître, au détour d’une discussion avec quelques visiteurs, son intérêt pour communiquer avec les jeunes de sujets parfois plus délicats, comme en ont témoigné ses œuvres concernant  la maladie d’Alzheimer ou le stress post-traumatique des soldats.

Dans cette perspective des sujets délicats, mais qu’elle sait aborder avec adresse, il faut noter la parution de sa toute dernière œuvre littéraire, intitulée, d’une part,  L’Abécédaire de ta dernière semaine, un livre original tête-bêche portant d’un côté sur le deuil, et d’autre part, sur la lumière qui jaillit de ce deuil, avec la suite,  L’Abécédaire de la vie après toi.  Une œuvre sublime et porteuse d’espoir, magnifiquement illustrée par des clichés croqués lors de ses voyages et qui savent porter en images la valeur des sentiments évoqués.

Notons que Claudine Paquet est très active également dans le monde des communications littéraires, en participant à des activités d’écriture tant auprès des adultes que des jeunes dans les milieux scolaires et ailleurs.

Souhaitons-lui de beaux moments de création et d’inspiration.  Parions aussi sur sa présence empreinte d’une notoriété de plus en plus importante à la Foire du livre indépendant de Portneuf (FLIP) prévu par  la Maison de la littérature portneuvoise à l’automne 2017.

claudine_paquet 3

Auteure à succès, Claudine Paquet est invitée en résidence d’écriture en France à l’automne.