Santé : Portneuf se mobilise

S’il est vrai que qui ne dit mot consent, force est d’admettre que les membres du Comité santé Portneuf ne sont pas de ceux qui acceptent sans broncher le sort réservé aux soins de santé offerts dans notre région. Le maire de Saint-Raymond Daniel Dion est du lot et, vendredi dernier, il n’a pas mâché ses mots alors qu’une conférence de presse était tenue à ce sujet.

À titre de porte-parole du comité, M. Dion a indiqué que ce dernier a été mis sur pied pour « la sauvegarde et le rétablissement des soins de santé dans Portneuf ». Entre autres choses qui ont mené à sa création, on retiendra qu’il a parlé du sous-financement du défunt CSSS de Portneuf et de la détérioration progressive des soins qui en a découlé, des promesses d’investissement en infrastructures et en équipements spécialisés qui ont été faites puis brisées par d’anciens ministres de la santé de même que de la perte de connaissances qui a découlé de la mise à l’écart du personnel de la haute direction et du conseil d’administration du CSSS de Portneuf lors de la création du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Selon Daniel Dion, le CIUSSS de la Capitale-Nationale est « en mode éteignoir plus qu’en mode solution » et est « complètement déconnecté de la réalité des gens de Portneuf ». Avec indignation, il a rappelé que cette nouvelle organisation a notamment dit « non pour le TACO », « non pour les lits de soins de courte durée », « non pour les analyses de laboratoire », « non pour les traitements d’hémodialyse », « ça s’en vient pour la mammographie qui est suspendue depuis six mois » et « peut-être pour la chimiothérapie ». Dans la foulée de ces annonces, des citoyens inquiets et des patients découragés ont demandé de l’aide afin de recevoir des soins de proximité dans la région. C’est pour cela, a résumé le maire de Saint-Raymond, que le Comité santé Portneuf « a l’intention de prendre les grands moyens pour se faire entendre » et qu’il a lancé une pétition. En seulement trois semaines, plus de 10 000 personnes l’ont signée et ont manifesté, du coup, leur intérêt «  pour le rétablissement et la sauvegarde des soins de santé dans Portneuf ». La pétition sera déposée à l’Assemblée nationale d’ici la fin de la session parlementaire, a-t-on appris.

Ceux qui ont lu notre texte Une pétition pour « rétablir des soins de santé acceptables » dans Portneuf savent que les signataires exigent une rencontre avec le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, docteur Gaétan Barrette. Ils veulent aussi que les budgets de santé pour Portneuf soient rééquilibrés et que des ressources humaines, matérielles et financières soient réaffectées à l’Hôpital régional de Portneuf. Ajoutons qu’ils demandent à ce que la MRC de Portneuf ait une part juste et équitable des médecins et des professionnels de la santé œuvrant sur le territoire de la Capitale-Nationale et qu’ils militent pour le rétablissement de deux GMF dans la région.

Toujours en conférence de presse, Mario Alain, président de la Fondation des services santé et sociaux de Portneuf (FSSSP), s’est montré du même avis que Daniel Dion en avançant que si les Portneuvois ne se décident pas à « [brasser] la canisse », ils demeureront les « parents pauvres » du réseau de a santé dans la Capitale-Nationale. Bien que des promesses faites à la FSSSP aient récemment été brisées par des donateurs inquiets, M. Alain, qui est également porte-parole du Comité santé Portneuf, s’est dit confiant « de ce qui s’en vient avec la gestion du CIUSSS ». Mentionnons qu’il compte parmi les rares représentants de Portneuf à siéger au sein de cette organisation.

Michel Matte entre l’arbre et l’écorce

« Il est temps que ça change monsieur puis j’espère que vous allez grouiller ». C’est ainsi que la citoyenne Ginette Moisan, qui s’adressait au député Michel Matte, a conclu un témoignage fort touchant portant sur la précarité des traitements de dialyse offerts à Saint-Raymond. Ce dernier a voulu se faire rassurant en lui disant qu’il avait compris son message et qu’il allait s’en faire le porteur. Cela dit, force est d’admettre qu’il se trouve aujourd’hui entre l’arbre et l’écorce.

Tout comme le député fédéral Joël Godin, le député de Portneuf a dit appuyer la démarche du Comité santé Portneuf. Cela dit, ce n’est que lorsque nous lui avons demandé s’il allait le faire qu’il a signé la pétition que le Comité santé Portneuf a lancée, le 22 avril dernier. Il faut dire qu’en ce faisant, M. Matte a joint sa voix à celles de ceux qui dénoncent « le manque flagrant de ressources dans Portneuf » et qui n’acceptent pas que des promesses n’aient pas été tenues, notamment celles qu’a faites l’ancien ministre libéral de la santé Yves Bolduc en mars 2014.

Alors que Michel Matte dit vouloir défendre les intérêts des Portneuvois d’une part, vous aurez compris qu’il doit aussi défendre les décisions gouvernementales qui ont fait du réseau de santé portneuvois ce qu’il est devenu. Ce matin (24 mai), soulignons que le député devait tenir un point de presse concernant les soins de santé dans Portneuf, mais que celui-ci a été annulé. Son bureau a cependant émis un communiqué de presse en fin d’avant-midi. On peut y lire que le ministre Gaétan Barrette viendra à la rencontre des membres du comité de travail que Michel Matte dit avoir mis en place demain soir (mercredi 25 mai).

Le CIUSSS veut rassurer la population

Quelques heures après la sortie du Comité santé Portneuf, le CIUSSS de la Capitale-Nationale a voulu se faire rassurant en affirmant être « sensible aux préoccupations émises par le comité de citoyens et les élus ». L’organisation a dit accorder de l’importance au maintien des services de proximité et Michel Delamarre, qui en est le président-directeur général, a fait savoir que des « services de très grande qualité sont actuellement offerts dans Portneuf et [qu’ils] continueront de l’être ».

comite_sante_portneuf_mai2016

Le maire de Saint-Raymond Daniel Dion est porte-parole du Comité santé Portneuf.