fbpx

Découvrez l’Association des traumatisés cranio-cérébraux des deux rives

Découvrez l’Association des traumatisés cranio-cérébraux des deux rives

Bien que l’Association des traumatisés cranio-cérébraux (TCC) des deux rives ait été fondée en 1989, elle demeure méconnue dans Portneuf. Voilà qui explique pourquoi l’éducateur spécialisé Olivier Piquer a choisi de profiter du mandat qui lui a été confié au sein de cette organisation pour développer et mieux faire connaître les activités qu’elle offre chez-nous.

En veillant à la diversification des activités offertes en sol portneuvois, il va sans dire qu’Olivier Piquer espère arriver à y recruter de nouveaux membres. Pour l’instant, une trentaine de citoyens de la région comptent parmi les cinq cents à six cents membres de l’Association des TCC des deux rives, mais seulement sept d’entre eux participent régulièrement aux rendez-vous hebdomadaires auxquels ils sont conviés.

Puisqu’il vient d’être question des membres, sachez que toute personne intéressée de près ou de loin par la problématique du traumatisme cranio-cérébral peut devenir membre de l’Association moyennant dix dollars par année. Ceux qui y adhèrent sont réunis en trois catégories, soit les amis, les familles et, évidemment, les personnes ayant un TCC. Ces dernières, lors de l’accueil, doivent fournir un document attestant le degré de sévérité de leur traumatisme (modéré ou grave). Au besoin, peut-on lire sur le site de l’Association, les ressources en éducation spécialisée peuvent aider les futurs membres dans cette démarche.

Comme il est fort bien placé pour en parler, le Portneuvien Denis Godin a profité de la rencontre que nous avons eue avec Olivier Piquer pour nous expliquer en quoi l’Association des TCC des deux rives lui a été et lui est toujours utile. En 1996, il marchait sur un trottoir quand une remorque, après s’être détachée d’un véhicule, lui est tombée dessus. Il a alors été blessé grièvement et a notamment reçu des soins à l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ). Il a dû réapprendre à marcher et compte aujourd’hui parmi les chanceux qui sont arrivés à retrouver leur permis de conduire. Cela dit, il ne peut plus travailler et souffre toujours physiquement. Grâce aux activités offertes par l’Association des TCC des deux rives et au bénévolat qu’il fait pour cette organisation, nous a-t-il confié, il a su surmonter les diverses épreuves qui ont marqué sa réadaptation et qui teintent toujours son quotidien. Précisons que sa mémoire à court terme est particulièrement affectée.

Dans Portneuf, sachez que c’est à presque tous les mardis que l’Association des TCC des deux rives invite ses membres à une activité. Les participants vont jouer aux quilles fréquemment (à Donnacona, Portneuf ou Saint-Raymond) et se réunissent à chaque mois, dans locaux du Carrefour F.M. (Saint-Raymond), pour un atelier de cuisine collective. De plus, grâce à une entente conclue avec l’Association de la sclérose en plaques de Portneuf, Denis Godin et ses pairs peuvent participer, les mardis également, à des rencontres amicales qui permettent aux participants d’échanger sur ce qu’ils vivent et de jouer aux cartes.

Dans tous les cas, nous a confirmé M. Godin, qui prend aussi part à des rendez-vous organisés par l’Association des personnes handicapées de Portneuf, les activités lui permettent de socialiser avec des personnes qui rencontrent les mêmes défis que lui. Il ne se sent jamais jugé, se reconnaît chez les autres, oublie alors ses problèmes et arrive à se sentir utile. « C’est comme mon travail », s’est-il fait un plaisir de nous raconter en expliquant que sa volonté lui permet d’aider les autres membres de l’Association des TCC des deux rives à cheminer, et ce, tout en les faisant rire.

Olivier Piquer est évidemment de ceux qui confirment que les activités auxquelles Denis Godin et les autres membres de l’Association des TCC des deux rives participent sont bénéfiques pour eux. Dans la majorité des cas, les personnes qui subissent un traumatisme cranio-cérébral doivent cesser de travailler et il n’est pas rare que leur cercle familial explose. Il importe donc qu’elles se recréent un réseau social, car c’est largement grâce à ce dernier qu’elles arrivent à conserver les acquis réalisés suite à leur réadaptation, nous a expliqué M. Piquer.

En terminant, soulignons que le transport est un frein pour bien des personnes à qui s’adresse l’Association des TCC des deux rives. Cela dit, plus les membres seront nombreux, plus les possibilités de covoiturage seront grandes et plus les activités pourront se développer tout en se diversifiant. À ce moment-là, ces dernières risquent d’attirer plus d’intéressés et c’est ainsi, effet boule de neige aidant, que l’Association pourra étendre davantage ses racines dans Portneuf.

Pour plus de détails sur l’Association des TCC des deux rives, visitez le www.tcc2rives.qc.ca ou composez le 418 842-8421. Notez que les proches et les amis de personnes ayant un TCC trouveront répit et conseils au sein de cette organisation qui peut leur offrir, entre autres choses, du soutien psychosocial à domicile.

asso_traumatises_mars2016

Olivier Piquer et Denis Godin sont respectivement éducateur spécialisé et membre de l’Association des traumatisés cranio-cérébraux (TCC) des deux rives.

#Suivez-nous sur Instagram